Définitions

Cancer – Dépistage précoce

Définition  Cancer – Dépistage précoce 

 

CANCER – DÉPISTAGE PRÉCOCE. 

 

Aujourd’hui, je vous présente la définition de : Cancer – Dépistage précoce. 

 

Le dépistage précoce du cancer. 

 

Recherche et mise en évidence d’un cancer par un examen systématique (test) avant l’apparition des premiers signes fonctionnels ou cliniques.  

Le dépistage des cancers concerne des sujets qui ne présentent aucun symptôme. Il a pour but de traiter des cancers à un stade peu avancé, visant une augmentation du taux de guérison et un abaissement du taux de mortalité et à déceler et traiter des lésions précancéreuses.  

 

Différents types de dépistage  

Le dépistage individuel est demandé par le médecin généraliste ou spécialiste ou, plus rarement, est sollicité par le sujet lui-même en fonction de ses facteurs de risque propres : cancers familiaux rares où une prédisposition au cancer est génétiquement transmise de façon dominante (polypose colique familiale) ; prédisposition génétique par perte d’activité d’un gène suppresseur de cancer (tel l’oncogène Rb 1 pour le rétinoblastome) ; anomalies cytogénétiques ou constitutionnelles prédisposant à des cancers particuliers (syndrome de Fanconi, nævomatose basocellulaire).  

Le dépistage de masse s’adresse à une population définie plusieurs de plusieurs milliers d’individus (population exposée à facteurs de risque particuliers). Ce dépistage nécessite un programme préétabli, un budget et des moyens réalisation relevant de la Santé publique.  

 

Les moyens de dépistage.  

Ils sont cliniques (autoexamen ou examen médical), radiologiques (mammographie), endoscopiques (coloscopie), anatomopathologiques (frottis cervicovaginal), biologiques (dosage du PSA pour le cancer de Ia prostate).  

Le cancer du col utérin est dépisté grâce au frottis cervicovaginal, examen simple, indolore, réalisé par tout médecin à partir des premiers rapports sexuels. Après deux examens situés à un an d’intervalle, un examen tous les trois ans suffit, en l’absence d’anomalies, jusqu’à l’âge de 65ans.  

Le cancer du sein est dépisté par une mammographie effectuée tous les 2 ans à partir de l’âge de 50 ans, et plus précocement en cas de risque familial. On estime à 30 % Ia réduction de Ia mortalité due au cancer du sein grâce à la pratique de ce dépistage après 50 ans (généralisé en France).  

Le cancer colorectal est dépisté par la recherche de sang dans les selles (Hemoccult). Celle-ci est complétée en cas de positivité par un examen endoscopique pour affirmer ou non la présence d’un cancer ou de lésions précancéreuses (polypes).  

Le cancer bronchopulmonaire n’a pas bénéficié, en raison de sa rapidité évolutive, d’un dépistage radiologique systématique. Les clichés thoraciques restent utiles chez les sujets à risque (fumeurs), mais la prévention primaire, l’arrêt du tabagisme, est fondamentale.  

 

La prévention du cancer.  

Ensemble des mesures qui visent à lutter contre l’exposition aux facteurs de risque de carcinogenèse (prévention primaire) et à traiter les états précancéreux (prévention secondaire).  

Éradiquer ou diminuer les facteurs de risque de cancer et ainsi réduire Ia fréquence des maladies sont les objectifs de Ia prévention. Les facteurs de risque sont définis à partir d’enquêtes épidémiologiques rétrospectives et prospectives. Les maladies héréditaires prédisposant à un cancer et les tumeurs dont le risque est transmis héréditairement ne sont à l’origine que de peu de cancers. En revanche, 90 % des cancers sont liés à des facteurs extérieurs ou environnementaux. Les cancers consécutifs à la pollution ou à une exposition professionnelle sont estimés à 10 %. Le mode de vie, le comportement individuel sont en cause dans plus de 80 % des cancers.  

 

La prévention primaire individuelle.  

Elle repose sur Ia modification des modes de vie et du comportement, facteurs de risque les plus fréquents.  

Le tabac est responsable de 30 % de Ia totalité des décès par cancer. Plus de 90 % des cancers bronchopulmonaires, première cause de mortalité par cancer dans le monde, et des voies aérodigestives (cancers oro-pharyngolaryngés et œsophagiens) lui sont directement imputables. 

L’alcoolisme, non directement carcinogène, mais très souvent associé au tabagisme, a un rôle de cofacteur multiplicatif de risque pour les cancers des voies aérodigestives supérieures : 9/10 de ceux-ci s’observent chez des individus consommateurs d’alcool et de tabac.  

L’alimentation, lorsqu’elle est riche en graisses saturées et en protéines, et pauvre en fibres, multiplie le risque des cancers digestifs (estomac, côlon et rectum), mais aussi celui des cancers hormonodépendants (sein, endomètre, prostate). Une consommation excessive d’aliments fumés majore le risque de cancer de l’estomac.  

Les autres facteurs de risque, comme les expositions prolongées au soleil ou les infections à papillomavirus (maladies virales sexuellement transmissibles), favorisent respectivement l’apparition de cancers cutanés, notamment des mélanomes malins, et de cancers anogénitaux.  

Les virus des hépatites B et C exposent au risque du cancer du foie. L’infection par le virus d’immunodéficience humaine (V.I.H.) favorise l’apparition de cancers, en particulier certaines formes de sarcomes cutanés, cancer du col utérin et cancers du système lymphatique.  

 

La prévention primaire collective.

Elle repose sur la mise en place de mesures réglementaires administratives visant à réduire la pollution atmosphérique, Ia fréquence des cancers professionnels par une meilleure protection des travailleurs exposés à l’amiante, aux radiations ionisantes, aux colorants aromatiques, aux poussières des bois exotiques, etc. Ces facteurs de risque professionnels sont en cause dans 2 à 5 % des cancers. L’utilisation de l’amiante est interdite en France depuis janvier 1997.  

Des campagnes d’information, d’éducation auprès et des jeunes sont menées, rappelant les principales règles d’hygiène : ne pas fumer ; modérer la consommation de boissons alcoolisées ; éviter les expositions prolongées au soleil ; respecter les consignes de sécurité dans la production et la manipulation de produits à risque ; consommer des aliments frais et riches en fibres ; éviter les aliments riches en matières grasses.  

La lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme reste prioritaire. Elle justifie la prise de mesures à visée collective, mais la prévention primaire dans ce domaine dépend en dernier lieu d’une décision individuelle.  

 

La prévention secondaire  

Elle repose sur trois types de mesures : 

Le traitement des états précancéreux, reconnus par dépistage systématique lors de la surveillance de sujets à haut risque ou à l’occasion de toute consultation (traitement des lésions tissulaires et histologiques bénignes : dystrophies, dysplasies, métaplasies, tumeurs bénignes) ;  

La prescription de médicaments capables de corriger des états dysplasiques ou métaplastiques des muqueuses (vitamine A et acides rétinoïques dans l’usage actuel), associée à l’arrêt de l’exposition aux carcinogènes ;  

L’ablation chirurgicale des lésions précancéreuses (colectomie préventive dans Ia polypose colique familiale, ablation de lésions cutanées à haut risque néoplasique, de lésions dysplasiques du col utérin).  

 

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : 

 

Le Larousse Médical

 

Les lecteurs vous recommandent :
Acide folique 

 

J’espère que cette définition vous a permis de comprendre la signification de « Cancer – Dépistage précoce ». Ainsi que son rôle pour notre organisme et notre santé. Alors, je vous dis à très bientôt pour découvrir ensemble de nouvelles définitions. 

 

 

 

Thierry KLETHI - Blog La santé en mangeant

A très bientôt,
Thierry Klethi 

La santé en mangeant 

 

 

MES PRODUITS AMAZON 

Pour vous permettre de trouver rapidement et au meilleur prix les ouvrages dont je m’inspire lors de la rédaction de mes articles et les objets ou produits que j’utilise régulièrement. Je me suis affilié avec AMAZON et je vous propose ci-dessous des liens vers ce site de commerce en ligne. Pour plus de détails sur mon affiliation, cliquez sur ce lien. 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.