Définitions

Définition de Maltitol

DÉFINITION DE MALTITOL

Le Maltitol est un polyol utilisé comme édulcorant de masse pour remplacer le sucre.

 

CHIMIE

Le Maltitol est un polyol (sucre d’alcool) appelé glucopyranosyl-D-sorbitol et chimiquement proche du sucrose. Toutefois, il ne participe pas aux réactions de Maillard. Il apporte moins de calories et n’abîme pas les dents. S’il est consommé en grande quantité, le maltitol provoque des troubles gastriques.

 

GOÛT

Le Maltitol est un édulcorant de masse cependant moins sucré que le sucrose avec près de 75-90 % de son intensité. Comme la plupart des polyols, il produit un effet rafraîchissant en bouche semblable à celui de l’isomalt cependant moins perceptible que celui du sorbitol ou du xylitol.

 

MÉTABOLISME

Le Maltitol ne brunit pas et se caramélise après liquéfaction lorsqu’il est soumis à intense chaleur. Il n’est pas métabolisé par les bactéries buccales, et ne provoque donc pas de caries. Il est plus lentement absorbé que le sucrose, ce qui le rend plus indiqué pour les personnes diabétiques. Sa valeur énergétique est de 2,1 calories par gramme (8,8 kJ/g) (le sucrose a une valeur de 4 cal/g (16,7 kJ/g)).

Les lecteurs vous recommandent :
Artériosclérose, artériotomie et artérite

À cause de sa lente absorption, une consommation excessive peut avoir un effet laxatif, avec des symptômes de ballonnement, gaz et diarrhée. Il peut être facile pour les producteurs de l’utiliser abondamment, de par sa proximité du sucre. Cette utilisation massive peut être à l’origine de troubles gastriques. Le remplacement de sucre par du Maltitol est bénéfique pour la minéralisation des dents.

Dans certains pays tels l’Australie, la Norvège, ou la Nouvelle-Zélande, son utilisation doit être tempérée par des avertissements tels « Une consommation excessive peut avoir des effets laxatifs ». Aux États-Unis, il est généralement considéré comme une substance sans danger, avec une recommandation d’avertissement d’effets laxatifs au-delà de 100 grammes par jour.

 

NOTES ET RÉFÉRENCES

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 » sur chem.qmul.ac.uk.
  2. Parlement européen et Conseil de l’Europe, « Directive 94/35/CE », Journal Officiel, no L 237,‎ 10 septembre 1994.
  3. JECFA, « Monograph 3 of Maltitol », sur org, FAO, 2006 (consulté le 19 juin 2008)
  4. R Steagall, L O’Brien Nabors, « Polyols: Beyond Sweet Taste », sur com, 10 janvier 2007 (consulté le 18 juin 2008)
  5. European Food Safety Authority, « Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to the sugar replacers xylitol, sorbitol, mannitol, maltitol, lactitol, isomalt, erythritol, D-tagatose, isomaltulose, sucralose and polydextrose and maintenance of tooth mineralisation by decreasing tooth demineralisation », sur europa.eu, 8 avril 2011.

 

SOURCES

Image Wikipédia
https://fr.wikipedia.org

 

Les lecteurs vous recommandent :
isoflavones de soja

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •