Définitions

Définition de Zinc

DÉFINITION DE ZINC

Le zinc est un oligo-élément, c’est-à-dire qu’on ne le trouve qu’à l’état de traces dans l’organisme, soit l’équivalent d’environ 2 g en tout, dont 65 % sont concentrés dans les muscles et 20 % dans les os. Il est présent dans toutes les cellules, notamment dans les glandes surrénales, la peau, certaines parties du cerveau, le pancréas, les membranes de l’œil, la prostate et le sperme.

Le zinc joue un rôle important dans la croissance, la réponse immunitaire, les fonctions neurologiques et reproductives. Il est nécessaire à plus d’une centaine de processus enzymatiques vitaux dans l’organisme (des experts les estiment à 300). Il participe à la synthèse de l’ADN, de l’ARN et des protéines, aux processus immunitaires et de guérison des blessures, à la reproduction et à la croissance. Il joue un rôle dans la modulation de l’humeur et dans l’apprentissage, ainsi que dans la vision, le goût et l’odorat. Il intervient dans le processus de la coagulation sanguine, dans les fonctions de l’hormone thyroïdienne, ainsi que dans le métabolisme de l’insuline.

 

APPORT NUTRITIONNEL RECOMMANDE EN ZINC

11 mg pour les hommes et 8 mg pour les femmes.

11 mg pour les femmes enceintes.

8 mg pour les enfants.

 

SOURCE :

Dietary Reference Intakes for Vitamin A, Vitamin K, Arsenic, Boron, Chromium, Copper, Iodine, Iron, Manganese, Molybdenum, Nickel, Silicon, Vanadium, and Zinc (2002). Food and Nutrition Board, Institute of Medicine. Ces données sont le résultat d’un consensus entre les autorités canadiennes et américaines.

 

SOURCES ALIMENTAIRES DE ZINC

En général, l’organisme absorbe de 15 % à 40 % du zinc présent dans les aliments. L’huître est l’aliment qui en contient le plus, mais la plupart des viandes et des noix en renferment des quantités intéressantes. Les légumineuses et les céréales entières fournissent aussi du zinc en quantité appréciable.

 

100 gr ou 2 à 4 Huîtres du Pacifique, crues ou cuites à la vapeur contiennent 16 à 33 mg de zinc.

100 gr de foie de veau, sauté ou braisé contient 9 à 12 mg de zinc.

100 gr de bœuf, épaule, flanc ou surlonge, braisé contient 7 à 11 mg de zinc.

100 gr de foie de bœuf ou de porc, sauté ou braisé contient 6 à 7 mg de zinc.

60 ml de graines de sésame, déshydratées ou grillées contiennent 3 mg de zinc.

30 ml de beurre de sésame, tahini, graines non rôties contient 3 mg de zinc.

100 gr de palourdes en conserve contiennent 3 mg de zinc.

100 gr de poulet, viande brune, bouilli contient 3 mg de zinc.

36 gr ou 10 champignons shiitakes séchés contiennent 3mg de zinc.

250 ml de légumineuses cuites contiennent 2 à 3 mg de zinc.

60 ml de graines de citrouille et de courge entières, rôties ou déshydratées contiennent 2 à 3 mg de zinc.

 

SOURCE :

Santé Canada, Fichier canadien sur les éléments nutritifs, versions 2001b et 2005 et ministère de l’Agriculture des États-Unis(USDA), National Nutrient Database for Standard Reference. D’autres sources alimentaires de zinc sont mentionnées dans notre section Palmarès des nutriments, zinc.

 

CARENCE EN ZINC

L’organisme a besoin de très peu de zinc, mais cet apport est essentiel. Dans nos sociétés modernes, la carence légère est courante. Chez les femmes, les adolescents, les enfants et les personnes âgées, l’apport se situe souvent sous la barre des minimums quotidiens en raison d’habitudes alimentaires déficientes. Chez les femmes enceintes, particulièrement, un rhume, une grippe ou toute autre infection peut réduire la teneur en zinc dans l’organisme, ce qui peut être dangereux pour le fœtus. D’autres facteurs interviennent également pour réduire la teneur en zinc des aliments, notamment les techniques agricoles modernes, qui ont pour effet d’appauvrir les sols en zinc, et le raffinage des céréales.

Comme les meilleures sources de zinc sont les aliments d’origine animale, les végétariens devraient aussi s’assurer d’un apport suffisant en cet oligo-élément (voir notre tableau plus haut) en consommant des quantités adéquates de céréales entières, de légumineuses, de noix et de graines.

Les lecteurs vous recommandent :
Raffinose

Les alcooliques, les diabétiques, les personnes souffrant de troubles rénaux ou de troubles de l’absorption digestive (maladie de Crohn, par exemple) courent davantage de risques de souffrir d’une carence en zinc. Les personnes atteintes du VIH sont souvent carencées en zinc.

Une carence en zinc (fréquente dans les pays en voie de développement) peut entraîner une diminution des fonctions immunitaires (infections fréquentes et blessures qui guérissent mal), un retard dans la croissance, des troubles de l’odorat et du goût, une baisse de la fertilité masculine, des dermatites, de la diarrhée, une dépression, une perte de poids, de l’irritabilité, de l’apathie.

 

HISTORIQUE

On a longtemps cru que le zinc était un oligo-élément sans grande importance. Durant les années 1920, on a découvert qu’il était essentiel à la croissance des animaux d’élevage. Il a fallu attendre les années 1960 pour qu’on se rende compte qu’il jouait aussi un rôle très important dans la santé humaine.

 

RECHERCHES SUR LE ZINC

Efficacité probable Rhume. Malgré la publication de résultats mitigés au cours des dernières années, une revue systématique publiée en 2011 a finalement conclu que le zinc diminuerait la durée et la gravité des symptômes du rhume, à condition qu’il soit administré dans les 24 heures suivant l’apparition des premiers symptômes. De plus, pris à titre préventif pendant au moins 5 mois, il réduirait l’incidence du rhume ainsi que la quantité d’antibiotiques prescrits chez les enfants. Les auteurs soulignent toutefois qu’on ignore quels sont les effets à long terme d’un tel apport en zinc chez un enfant en croissance. De plus, étant donné la disparité des formulations (sirop, pastilles ou comprimés) et des dosages utilisés au cours des essais, les chercheurs ne sont parvenus à aucune conclusion concernant la posologie la plus efficace.

Il faut mentionner que des chercheurs pensent que certaines pastilles seraient inefficaces en raison de la forme de zinc qu’elles contiennent ou de l’édulcorant utilisé pour masquer le goût métallique du zinc. Ce point expliquerait, du moins en partie, les résultats négatifs obtenus dans une partie des essais cliniques. On pense que seuls le gluconate et l’acétate de zinc auraient une action antivirale, et que le dextrose, le sucrose et le mannitol seraient des édulcorants acceptables. Par contre, les acides citrique et tartrique pourraient inhiber l’action antivirale du zinc. Quant à l’usage de la glycine comme édulcorant, les résultats sont ambigus.

Efficacité possible Acné. Plusieurs études menées au cours des années 1970 et 1980 indiquent que la prise de suppléments de zinc peut réduire le nombre de lésions des patients souffrant d’acné. Plus récemment, le gluconate de zinc pris durant 3 mois a été efficace pour combattre l’acné au cours d’un essai clinique sans placebo sur 67 sujets. Au cours d’une étude comparative à double insu avec placebo portant sur 332 sujets, le gluconate de zinc (une dose équivalente à 30 mg de zinc élémentaire par jour) pris durant 3 mois a réduit de 75 % le nombre de lésions chez 31 % des sujets. L’antibiotique oral (la minocycline dans ce cas) a cependant été nettement plus efficace en réduisant le nombre de lésions chez 63,4 % des participants.

L’application topique d’une préparation contenant un antibiotique (le plus souvent de l’érythromycine à 4 %) et de l’acétate de zinc peut aussi réduire les symptômes de l’acné (ces produits sont offerts sur ordonnance seulement).

Efficacité incertaine Prévention de la dégénérescence maculaire. Quatre études épidémiologiques se sont penchées sur le lien entre l’apport alimentaire en zinc et la prévention de la dégénérescence maculaire liée à l’âge. Deux ont rapporté une corrélation positive, une a rapporté une association nulle, et une autre a constaté une corrélation inverse13.

 

Efficacité incertaine Immunité générale. Les chercheurs ont observé que même une légère carence en zinc avait un effet important sur plusieurs aspects des fonctions immunitaires chez l’humain. Trois essais à double insu avec placebo ont été menés auprès de personnes de 55 ans et plus. Il s’agissait de vérifier si une supplémentation en zinc à long terme (de 6 mois à 2 ans) pouvait stimuler leur immunité. Les dosages utilisés et la durée du traitement ont varié d’une étude à l’autre et les résultats se contredisent.

 

DIVERS

Le zinc suscite l’intérêt de nombreux chercheurs. Voici quelques-uns des champs explorés.

 

TROUBLES CARDIOVASCULAIRES

Des données publiées en mai 2004 au sujet de l’étude AREDS (voir encadré ci-dessous) indiquent que la supplémentation en zinc aurait réduit le nombre de décès attribuables à des troubles cardiovasculaires22. Cependant, les dosages de zinc (80 mg par jour) employés durant cet essai à long terme excèdent largement l’apport maximal fixé par les autorités américaines et canadiennes (40 mg, voir la section Précautions).

Les lecteurs vous recommandent :
Définition de Iléite

 

STRESS OXYDATIF

Le stress oxydatif jouerait un rôle dans le vieillissement. Deux essais cliniques à double insu avec placebo ont mesuré l’effet d’une supplémentation en zinc chez des personnes de plus de 50 ans en bonne santé. La prise de 15 mg ou 30 mg de zinc durant 6 mois n’a pas eu d’effet sur les marqueurs du stress oxydatif (387 sujets)23, mais une dose de 45 mg durant 1 an a eu un effet positif sur ces marqueurs (50 sujets).

 

CONTRE-INDICATIONS

Allergie ou hypersensibilité au zinc.

 

EFFETS INDÉSIRABLES

Mis à part de possibles troubles digestifs bénins, les suppléments de zinc ne présentent pas de toxicité notable aux dosages généralement recommandés.

Pris à fortes doses (100 mg et plus par jour) sur une période prolongée, le zinc peut causer une carence en cuivre, de la diarrhée, une irritation gastro-intestinale, la nécrose du tubule rénal et la néphrite interstitielle. Un excès de zinc peut aussi endommager le système nerveux central et provoquer un déséquilibre des fonctions immunitaires.

Les pastilles de zinc ont mauvais goût et altèrent la perception de la saveur des aliments. Elles peuvent aussi provoquer des nausées.

Les applications nasales de zinc peuvent causer une perte de l’odorat potentiellement irréversible.

 

INTERACTIONS AVEC DES SUPPLÉMENTS ALIMENTAIRES

Aucune connue.

 

INTERACTIONS AVEC DES MÉDICAMENTS

Les médicaments suivants peuvent abaisser le taux de zinc dans l’organisme :

  • les anticonvulsivants;
  • certains médicaments vasodilatateurs (inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine);
  • les contraceptifs oraux;
  • l’hormonothérapie de remplacement;
  • les diurétiques de la classe des thiazidiques;
  • les agents chélateurs comme la pénicillamine ou le DTPA;
  • les antiacides.

Prévoir 2 heures d’intervalle entre la prise de suppléments de zinc et celle des produits suivants : antiacides, antibiotiques de la famille des fluoroquinolones et des tétracyclines.

Consulter un médecin avant de prendre des suppléments de zinc en même temps qu’un diurétique d’épargne potassique.

 

RÉFÉRENCES

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

 

BIBLIOGRAPHIE

ConsumerLab.Com. Product Review : Zinc. États-Unis, 2008. [Consulté le 14 avril 2008]. www.consumerlab.com

Institute of Medicine. Dietary Reference Intakes for Vitamin A, Vitamin K, Arsenic, Boron, Chromium, Copper, Iodine, Iron, Manganese, Molybdenum, Nickel, Silicon, Vanadium, and Zinc (2002). [Consulté le 18 février 2009]. http://books.nap.edu

National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 4 décembre 2008]. www.ncbi.nlm.nih.gov

Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Zinc, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 20 novembre 2008]. www.naturalstandard.com

Office of Dietary Supplements. Zinc. National Institutes of Health. États-Unis, 2002. [Consulté le 18 février 2009]. http://ods.od.nih.gov

Santé Canada. Alerte concernant les produits de l’étranger, 17 juin 2009. Zicam Cold Remedy Nasal Gel, Zicam Cold Remedy Swabs et Zicam Cold Remedy Swabs, Kids Size. [Consulté le 9 juillet 2009] http://www.hc-sc.gc.ca

The Linus Pauling Institute. Micronutrient Information Center, Zinc. [Consulté le 18 février 2009] http://lpi.oregonstate.edu

The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Zinc, ConsumerLab.com. [Consulté le 20 novembre 2008]. www.consumerlab.com

Therapeutic Research Faculty (Ed). Zinc, Natural Medicines Comprehensive Database. [Consulté le 20 novembre 2008]. www.naturaldatabase.com

 

NOTES

  1. Michaëlsson G, Juhlin L, Vahlquist A. Effects of oral zinc and vitamin A in acne. Arch Dermatol 1977; 113: 31-6.
  2. Hillström L, Pettersson L, et al. Comparison of oral treatment with zinc sulphate and placebo in inflammatory acne. Br J Dermatol 1977; 97: 679-84.
  3. Verma KC, Saini AS, Dhamija SK. Oral zinc sulphate therapy in acute vulgaris: a double-blind trial. Acta Dermato Vener (Stockholm), 1980; 60: 337-40.
  4. Dreno B, Amblard P, et al. Low doses of zinc gluconate for inflammatory acne. Acta Derm Venereol 1989;69:541-3.
  5. Orris L, Shalita AR, et al. Oral zinc therapy of acne. Absorption and clinical effect. Arch Dermatol 1978;114:1018-20.
  6. Weismann K, Wadskov S, Sondergaard J. Oral zinc sulphate therapy for acne vulgaris. Acta Derm Venereol 1977;57:357-60.
  7. Göransson K, Liden S, Odsell I. Oral zinc in acne vulgaris: a clinical and methodological study. Acta Dermato Vener (Stockholm), 1978; 58: 443-8.
  8. Meynadier J. Efficacy and safety study of two zinc gluconate regimens in the treatment of inflammatory acne.Eur J Dermatol. 2000 Jun;10(4):269-73. Texte intégral : www.john-libbey-eurotext.fr
  9. Dreno B, Moyse D, et al; Acne Research and Study Group. Multicenter randomized comparative double-blind controlled clinical trial of the safety and efficacy of zinc gluconate versus minocycline hydrochloride in the treatment of inflammatory acne vulgaris.Dermatology. 2001;203(2):135-40.
  10. Schachner L, Eaglstein W, et al. Topical erythromycin and zinc therapy for acne. J Am Acad Dermatol. 1990 Feb;22(2 Pt 1):253-60.
  11. Pierard-Franchimont C, Goffin V, et al. A double-blind controlled evaluation of the sebosuppressive activity of topical erythromycin-zinc complex. Eur J Clin Pharmacol. 1995;49(1-2):57-60.
  12. Tan HH. Related Topical antibacterial treatments for acne vulgaris : comparative review and guide to selection. Am J Clin Dermatol. 2004;5(2):79-84. Review.
  13. Dietary antioxidants and primary prevention of age related macular degeneration: systematic review and meta-analysis. Chong EW, Wong TY, et al. BMJ. 2007 Oct 13;335(7623):755. Review. Texte integral : www.bmj.com
  14. Modulating the immune response by oral zinc supplementation: a single approach for multiple diseases. Overbeck S, Rink L, Haase H. Arch Immunol Ther Exp (Warsz). 2008 Jan-Feb;56(1):15-30. Review.
  15. Girodon F, Galan P, et al. Impact of trace elements and vitamin supplementation on immunity and infections in institutionalized elderly patients: a randomized controlled trial. MIN. VIT. AOX. geriatric network. Arch Intern Med 1999 Apr 12;159(7):748-54. Texte integral : http://archinte.ama-assn.org
  16. Effect of zinc supplementation on the immune status of healthy older individuals aged 55-70 years: the ZENITH Study. Hodkinson CF, Kelly M, et al. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2007 Jun;62(6):598-608.
  17. Prasad AS, Beck FW, et al. Zinc supplementation decreases incidence of infections in the elderly: effect of zinc on generation of cytokines and oxidative stress. Am J Clin Nutr. 2007 Mar;85(3):837-44. Texte intégral : www.ajcn.org
  18. Zinc for the common cold. Singh M, Das RR. Cochrane Database Syst Rev. 2011 Feb 16;2:CD001364.
  19. Eby GA. Zinc lozenges: cold cure or candy? Solution chemistry determinations. Biosci Rep. 2004 Feb;24(1):23-39.
  20. Hulisz D. Efficacy of zinc against common cold viruses: an overview. J Am Pharm Assoc (Wash DC). 2004 Sep-Oct;44(5):594-603. Review.
  21. Clemons TE, Kurinij N, Sperduto RD; AREDS Research Group. Associations of mortality with ocular disorders and an intervention of high-dose antioxidants and zinc in the Age-Related Eye Disease Study: AREDS Report No. 13. Arch Ophthalmol. 2004 May;122(5):716-26. Texte integral : www.pubmedcentral.nih.gov/
  22. No antioxidant beneficial effect of zinc supplementation on oxidative stress markers and antioxidant defenses in middle-aged and elderly subjects: the Zenith study. Andriollo-Sanchez M, Hininger-Favier, et al. J Am Coll Nutr. 2008 Aug;27(4):463-9.
  23. Prasad AS, Beck FW, et al. Zinc supplementation decreases incidence of infections in the elderly: effect of zinc on generation of cytokines and oxidative stress. Am J Clin Nutr. 2007 Mar;85(3):837-44. Texte intégral : www.ajcn.org
  24. Age-Related Eye Disease Study Research Group. A randomized, placebo-controlled, clinical trial of high-dose supplementation with vitamins C and E, beta carotene, and zinc for age-related macular degeneration and vision loss: AREDS report no. 8. Arch Ophthalmol 2001 Oct;119(10):1417-36. Texte intégral : www.pubmedcentral.nih.gov
  25. Newsome DA. A randomized, prospective, placebo-controlled clinical trial of a novel zinc-monocysteine compound in age-related macular degeneration. Curr Eye Res. 2008 Jul;33(7):591-8.
  26. Franklin RB, Milon B, et al. Zinc and zinc transporters in normal prostate and the pathogenesis of prostate cancer. Front Biosci. 2005 Sep 1;10:2230-9.
  27. Costello LC, Franklin RB, et al. Zinc and prostate cancer: a critical scientific, medical, and public interest issue (United States). Cancer Causes Control. 2005 Oct;16(8):901-15. Review.
  28. Levenson CW. Zinc: the new antidepressant?Nutr Rev. 2006 Jan;64(1):39-42. Review.
  29. Antidepressant activity of zinc and magnesium in view of the current hypotheses of antidepressant action. Szewczyk B, Poleszak E, et al. Pharmacol Rep. 2008 Sep-Oct;60(5):588-9. Review. Texte intégral : www.if-pan.krakow.pl
  30. Nowak G, Siwek M, et al. Effect of zinc supplementation on antidepressant therapy in unipolar depression: a preliminary placebo-controlled study. Pol J Pharmacol. 2003 Nov-Dec;55(6):1143-7. Texte intégral : www.if-pan.krakow.pl
  31. Leitzmann MF, Stampfer MJ, et al. Zinc supplement use and risk of prostate cancer. J Natl Cancer Inst. 2003 Jul 2;95(13):1004-7. Texte intégral :http://jncicancerspectrum.oupjournals.org
  32. Jones AA. Age related macular degeneration–should your patients be taking additional supplements?Aust Fam Physician. 2007 Dec;36(12):1026-8. Review. Texte intégral : www.racgp.org.au
Les lecteurs vous recommandent :
Le lycopène

 

SOURCE :

Image Passeportsanté.net
https://www.passeportsante.net/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thierry KLETHI - Blog La santé en mangeant

 

 

A très bientôt,

Thierry Klethi

La santé en mangeant

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •