Définitions

Définition du mot Appendicite

APPENDICITE

Anatomie Appendice

L’appendicite est une inflammation de l’appendice. C’est une maladie bénigne mais très trompeuse. C’est un des diagnostics chirurgicaux le plus difficile à établir, au point d’obséder le médecin dès qu’il palpe un ventre. Un vrai piège dans lequel il ne doit pas tomber au cours de la très classique et très répandue gastro-entérite.

 

CE QU’IL SE PASSE

L’appendice, petit cylindre de 7 à 8 centimètres de long, est un organe de défense immunitaire tout comme les amygdales. Ces dernières gardent l’entrée tandis que l’appendice surveille la sortie. Les unes comme l’autre sont assez vite dépassées au point de sauter à la moindre occasion.

L’appendice n’est pas très bien armé ne jouant qu’un rôle mineur, sinon négligeable, dans la défense de l’organisme.

Lorsqu’il est dépassé par les attaques microbiennes ou des problèmes mécaniques (accumulation de matières fécales), il s’enflamme. C’est l’appendicite.

 

CE QUI FAIT SA GRAVITÉ

C’est le risque de péritonite alors que les symptômes n’ont rien de véritablement alarmant au point d’être facilement mis sur le compte d’une gastro-entérite.

 

Les lecteurs vous recommandent :
Stachyose

LES SYMPTÔMES

  1. Une douleur survenue brutalement à droite et en bas de l’abdomen (fosse iliaque droite).
  2. Irradiant dans la jambe correspondante et accentuée à la marche et parfois lors des efforts de toux.
  3. Des nausées et des vomissements.
  4. Une fièvre modérée vers 38°5.
  5. Un trouble du transit avec une modification des selles.

Devant ce tableau il faut appeler en urgence votre médecin ou le service médical de garde.

 

MAIS C’EST LOIN D’ÊTRE TOUJOURS LE CAS

  • Soit que les signes sont totalement dissociés (c’est très fréquent).
  • Soit qu’ils varient en fonction de la localisation de l’appendice.

D’où la règle de toujours consulter lorsqu’on a un problème abdominal, gynécologique ou dorsal quel qu’il soit.

 

DANS LE CABINET DU MÉDECIN

Dans la forme non compliquée de l’appendicite, le médecin trouve souvent une douleur située exactement entre l’ombilic et la pointe de la crête iliaque (l’os que l’on sent poindre sous la peau au niveau de la hanche). Qui plus est, il ressent en palpant longtemps et doucement une petite résistance qui ne fait qu’accentuer son doute. Cette douleur est retrouvée souvent au toucher rectal. Ne cherchez pas à retrouver cette résistance vous-même, cela demande une expérience que seul le médecin peut posséder pour avoir palpé énormément d’abdomen au cours de son exercice.

Deux solutions :

  1. S’il est sûr de son diagnostic, il fera immédiatement hospitaliser le patient.
  2. Dans le cas contraire, il vous demandera d’effectuer une analyse sanguine. Les résultats doivent être obtenus au minimum dans les 12 heures. Leur perturbation entraîne l’hospitalisation en urgence.

Dans certains cas, tout reste flou. Une échographie s’impose.

Des maladies abdominales ou pelviennes de tous types peuvent ainsi être découvertes, n’ayant parfois aucun rapport et permettant d’éliminer une appendicite.

 

Les lecteurs vous recommandent :
La dopamine

LE TRAITEMENT ET LES SUITES

Le risque, c’est une appendicite passée inaperçue qui n’est pas opérée et qui se transforme en péritonite. C’est pour cela que le médecin devant toute douleur du ventre en bas à droite se méfie toujours d’une appendicite.

Le traitement est chirurgical. C’est l’appendicectomie ou l’ablation seule de l’appendice. L’intervention est tout ce qu’il y a de plus simple dans les formes non compliquées. Elle se fait sous coelioscopie et il n’a généralement aucune suite.

En l’absence de moyens chirurgicaux, on prescrit des antibiotiques à hautes doses. C’est ce que l’on fait dans les grandes expéditions en montagne ou en mer par exemple.

 

 

SOURCE

http://www.docteurclic.com

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •