Les Salades

Les Salades

Vie pratique – Mes aliments – Les Salades

 

LES SALADES

 

Bonjour à toutes et tous,

Aujourd’hui, je vais vous présenter les salades. Cette présentation se décomposera en plusieurs chapitres qui sont : L’origine de différentes variétés de salades (histoire et/ou géographie), ses principales qualités (nutritionnel et/ou de soins) et enfin comment la consommer.

 

Présentation salades

 

L’ORIGINE DES DIFFÉRENTES VARIÉTÉS DE SALADES

 

Laitue

 

La laitue

L’ancêtre des laitues, était une petite salade aux feuilles dentelées et à la saveur amère.  Les Romains, la consommait pour « préparer leur estomac aux prouesses gastronomiques ». 😉 Puis, au fil des siècles, elle a tronqué sa robe ébouriffée et son amertume pour des feuilles douces comme le « satin » et la saveur laiteuse que nous lui connaissons à présent.

Elle est douce, dans une simple salade, avec ou sans plantes aromatiques. On en tombe amoureux, au premier regard … 😊 De plus, on peut aussi la braiser, car elle fond doucement dans la casserole avec de l’huile d’olive ou en foire une délicieuse soupe.

 

Cresson

 

Le cresson

Depuis la plus haute antiquité, le cresson était connu des anciens et il a tenu dans leur alimentation une place particulière. Les Grecs et Romains l’appréciaient autant pour sa saveur caractéristique que pour les vertus médicinales qu’ils lui attribuaient.

Au Moyen Age, il constituait dans notre pays une des « herbes potagères » les plus populaires.

Dès le XIIème siècle, on récoltait couramment du cresson sauvage en France. Mais ce n’est qu’au début du XIXème siècle que débuta sa culture dans des cressonnières.

Pour le cresson alénois, à comme le cresson classique, de longues feuilles douces et excelle dans une salade bien relevée. Plus ses feuilles arrivent à maturité et plus leur goût devient poivré et piquant. A ce stade il est préférable de le consommer cuit dans une soupe avec un peu de crème. Quel régal 😊

 

Roquette

 

La roquette

La roquette appartient à la famille des crucifères, comme la moutarde, le colza, le chou ou le navet. Très appréciée dans l’Antiquité et au Moyen Age, elle a été cultivée jusqu’au début du XIXème siècle, avant de sombrer dans l’oubli.

Elle continue cependant à être couramment consommée dans certains pays du sud de l’Europe (en Grèce, en Italie ou en Turquie), et figure dans la vraie recette du mesclun provençal.

A présent, elle est de nouveau disponible sur nos marchés, seule ou en mélange.

 

Pourpier

 

Le pourpier

Le pourpier est une salade originale, ressemblant un peu à une plante grasse. On le rencontre parfois dans les jardins, où il y pousse spontanément. Il par ailleurs, souvent considéré comme une mauvaise herbe.

A présent, il est cultivé rationnellement et commercialisé.

 

Pissenlit

 

Le pissenlit

Le pissenlit est bien connu : on le nomme parfois « dent de lion », en raison de la forme de ses feuilles dentelées bien vertes, rassemblées en petites rosettes. Il pousse dans les prés à l’état sauvage et est délicieux au début du printemps.

De nos jours, les variétés ont été améliorées. Elles sont plus fines, plus tendres, et surtout moins amères. Il est à présent cultivées pour la commercialisation.

 

 

 

Endives

Chronomètre

 

L’endive

Les paresseux, qui rechignent à laver leur salade feuille par feuille, en raffole !

On le rince vite fait ou on retire ses deux grandes feuilles extérieures et on la coupe en rondelles. Bilan de l’opération : 4 secondes.

Avec un filet d’huile de noix et quelques cerneaux de noix (encore 4 secondes).

On déguste et c’est divin. Pour une préparation top chrono de 8 secondes en tout.

 

 

 

 

 

Mâche

 

La mâche

Douce et suave, elle est idéale seule, ou avec des cerneaux de noix, des quartiers de pomme et une bonne vinaigrette, tout simplement.

Les lecteurs vous recommandent :
Les épinards

 

Jeunes pousses - Mesclun

 

Les pousses

Ce sont les jeunes feuilles tendres, les « bébés salades », souvent très parfumées et fortes en goût, comme les pousses de moutarde, de ciboulette, de basilic, d’épinard, d’oseille, de cresson, de chénopode blanc, de céleri, de radis … On les cisèle sur une salade plus neutre. Et l’on se régule, encore et encore … 😉

 

Jeunes pousses - Mesclun

 

Le mesclun

C’est la Rolls des mélanges de salades. Il comprend diverses salades tendres et des herbes pour une extrême fraicheur avec de la force. A manger seule, ou avec du fromage.

Veillez à choisir de jeunes pousses parfaites, en combinant amertume (chicorée, pissenlit et roquette) et douceur (toutes les laitues et les mâches), couleurs vertes et carmin et pourquoi pas des pousses (de la ciboulette, de la bourrache, de la moutarde, etc.) ou alors des fanes potagères (de radis).

Libre à vous de réaliser votre mélange ultime pour exhaler les goûts et les saveurs et atteindre le nirvana.

 

Pourpier

 

Le pourpier

Il est riche en oméga 3 et procure une saveur, ainsi qu’une texture unique en bouche (un peu « grasse », mais très agréable). Quelques feuilles peuvent apporter du consistant dans une salade verte plus légère.

 

Roquette

 

La roquette

Sa saveur, plus ou moins forte et épicée selon la saison, explique qu’on l’utilise avec parcimonie, soit avec une outre salade (salade verte) et du parmesan, soit en répartissant quelques feuilles sur une poêlée de légumes, une pizza au parmesan, ou des tomates …

On peut également tester de la consommer cuite. Rapidement revenue à la poêle comme un légume, ou sur une pizza avec un filet d’huile d’olive.

 

Attention !

 

 

 

 

 

Attention aux nitrates !

Toutes les salades puisent des nitrates dans le sol pour croître, c’est une sorte de nourriture pour elles. Ou plutôt un facteur de croissance. Mais ensuite, sous l‘action du soleil, elles le transforment pour produire leurs feuilles. Ce qui explique que les feuilles extérieures, très vertes, renferment moins de nitrates que les jeunes feuilles claires (qui n’ont pas subis de transformation des nitrates, grâce aux rayons du soleil). Ce qui explique également que les salades cultivées sous serre (donc sans soleil, surtout en, hiver) renferment davantage de nitrates que celles qui ont poussées en plein champ en été !

 

SES PRINCIPALES QUALITÉS

Elles contiennent :

Des Fibres

Les salades sont une bonne source de fibres douces.

 

Du Potassium

Elles contiennent du potassium, qu’il convient de préserver en évitant de noyer leurs feuilles sous une vinaigrette trop salée.

 

Du Calcium

Elles nous apportent une quantité correcte de Calcium.

 

Des Carotènes

Les salades sont une bonne source de carotènes … verts. 😉

 

Vitamine B9

Elles contiennent de la vitamine B9, qui est la vitamine la plus conseillée pour les femmes enceintes.

 

Des Oméga 3

La mâche et le pourpier sont particulièrement riche en Oméga 3.

 

Du Fer

Le pissenlit et la frisée sont très riche en Fer.

 

Des Substances amères

La salade frisée, la chicorée et la scarole sont particulièrement riche en substances amères qui sont bonnes pour le foie.

 

Du Xylitol

La laitue contient un sucre naturel qui protège les dents des caries. De plus la laitue est rafraîchissante, antibactérienne et facilite la salivation.

 

Des Prébiotiques

La chicorée est une bonne amie de notre flore intestinale.

 

Elles permettent :

Cardiovasculaire.

Les salades apportent de l’acide folique et des antioxydants qui permettent de limiter les risques de développer des maladies cardio-vasculaires ou de subir un AVC.

Le pourpier et la mâche sont d’excellentes sources d’acides gras et d’oméga 3 qui protègent le système cardiovasculaire. Plus les feuilles sont foncées et plus elles contiennent de vitamines et de minéraux. Dont la précieuse B9, qui est particulièrement efficace pour protéger le système cardiovasculaire.

 

Cancer (du sein et de l’estomac).

Tous comme pour le système cardiovasculaire, les sources d’acides gras et d’oméga 3, du pourpier et la mâche nous protègent également des cancers et plus spécifiquement de celui du sein. Il en va de même pour les vitamines (dont la précieuse B9) et les minéraux nous protègent également des cancers, mais plus activement de celui de l’estomac.

Les lecteurs vous recommandent :
rutabaga

 

Ma touche personnelle.

Lavez toujours minutieusement les salades feuille par feuille sous un filet d’eau, afin d’éviter tout risque de contamination bactérienne. Ce simple geste d’hygiène permet aussi d’évacuer une bonne partie des résidus de pesticides.

Mais ne laissez pas votre salade tremper, car les minéraux migrent dans l’eau, puis seront perdus dans le siphon de l’évier lors de l’essorage. C’est bien dommage !

 

Atout perte de poids.

Manger de la salade pour débuter un repas, est une excellente habitude si vous souhaitez limiter la quantité d’aliments consommés durant votre repas. Ainsi que l’apport en calories. En effet lors de votre repas, la salade va occuper un volume assez important dans l’estomac, ce qui va rapidement limiter votre appétit. De plus elle a un apport calorique extrêmement bas.

Parmi toutes les salades, on peut noter que le pissenlit est extrêmement riche en carotènes, en calcium, en fer et en vitamine E. Un véritable concentré de nutriments pour un apport calorique très faible. Alors cru ou cuit. Pensez à lui. 😉

 

Transit intestinal.

Si vous avez un intestin sensible, je vous propose d’éviter les feuilles situées au cœur des salades et de privilégier plutôt les feuilles extérieures. Cependant pour les jeunes pousses, pas d’inquiétudes, vous les supporterez parfaitement.

La consommation des fibres douces des salades permet d’améliorer notablement votre transit. Et parmi toutes les salades l’oseille est tous particulièrement efficace dans ce domaine. 😉

 

Grossesse.

Les vitamines, ainsi que la fameuse vitamine B9 joue un rôle clé dans le renouvellement de toutes les cellules de l’organisme et sont particulièrement nécessaires aux futures mamans. En effet, cette vitamine est indispensable pour la femme enceinte car elle joue un rôle important au niveau de la croissance et du développement du fœtus. Surtout dans la région cervicale et du tube neural de l`embryon. Une carence en vitamine B9 peut provoquer des malformations chez le fœtus !

 

Foie et digestion.

Les chicorées (scarole, frisée, trévise, etc.) contiennent des substances protectrices pour le foie et qui aident à digérer nos aliments.

 

Attention !

 

 

 

 

 

     Attention !

Les jeunes pousses.

Vous pouvez consommer en salade globalement toutes les jeunes pousses de végétaux comestibles, sauf celles issues des solanacées, c’est-à-dire la famille représentée par les piments, les poivrons, les pommes de terre, les tomates dont on ne mange jamais les feuilles.  Car elles renferment une grande quantité de solanine, un alcaloïde toxique.

 

L’assaisonnement.

Si vous pratiquez un régime minceur, il convient d’être vigilent à la vinaigrette qui accompagne votre salade. En effet, une grande salade est souvent accompagnée de beaucoup de vinaigrette… A méditer…

 

Astuces de pro

Une salade très légère.

Si vous souhaitez perdre du poids et limiter l’apport en matières grasse de votre salade. Procédez ainsi :

Après avoir rincé vos feuilles de salade, ne les égouttez pas !

Laissez-les bien humide, car ainsi l’huile n’y adhérera pas bien et l’essentiel tombera au fond du saladier.

Du coup votre salade sera encore moins calorique. 😊

 

COMMENT LA CONSOMMER

Crue ou cuite ?

Crue.

 On peut manger nos salades crues. Personnellement, je vous encourage à les manger crus le plus souvent possible. Car vous profiterez du maximum de leurs bienfaits pour notre santé. J’irais même, jusqu’à vous recommander d’acheter des salades fraîches plutôt que celle en sachets. Cela permet d’avoir plus de vitamines, de nutriments et autres substances nécessaires pour une parfaite santé.

On peut également ajouter systématiquement une ou deux feuilles bien vertes dans nos sandwiches. Pour une touche plus croquante.

 

Cuite.

On peut évidemment les mangers cuites, mais on perd une partie importante de ces bienfaits. En cuisson, je peux vous suggérer de la poêler rapidement dans une casserole avec un peu d’huile d’olive. Plus la cuisson sera courte et plus elle conservera de croquant et de ses précieuses vitamines.

Les lecteurs vous recommandent :
Le chou

Sinon on peu l’intégrer dans un potage avec des pommes de terre.

 

En jus.

On peut évidemment également la passer dans un extracteur de jus, pour en recueillir tous ces bienfaits sans avoir à digérer ses fibres insolubles. Vous obtiendrez un excellent jus vert très doux.

 

Sa conservation.

Au réfrigérateur ?

Oui, on peut la conserver deux jours dans le bac à légumes de votre réfrigérateur. En la laissant entière et sans la laver. Vous pourrez y prélever chaque jour, les feuilles nécessaires pour réaliser votre salade.

Mais il convient de ne pas la conserver plus longtemps, car elle va rapidement flétrir et perdre son croquant et ses nutriments.

 

Au congélateur ?

Non, on ne peut pas congeler une salade entière, non transformée.

On peut toutefois l’envisager, pour salade qui aurait été cuite et intégrée dans un potage. Mais sinon NON. Il ne faut pas les congeler.

 

BONUS – UNE PETITE RECETTE RAPIDE ET FACILE.

Laitue au chèvre chaud.

 

Laitue au chèvre chaud - Ingrédients

 

Ingrédients.

1 laitue (ou n’importe quelle salade verte, après tout …)

1 crottin de chèvre ou 2 cabécous

 

Préparation.

Je préchauffe le four

Pendant que le four chauffe, je rince les feuilles de salade une par une et je les essore immédiatement.

J’enfourne les deux cabécous ou le crottin coupé en deux dans le sens horizontal (plus le fromage est fin, plus il fondra vite).

Ensuite, je laisse chauffer jusqu’à obtenir la texture souhaitée.

Pendant ce temps, j’assaisonne ma salade.

Je pose les fromages sur la salade.

Puis, je déguste immédiatement ma préparation.

Que j’accompagne d’un très bon pain.

 

Laitue au chèvre chaud- Plat

 

 

Astuces de pro

Les bons acides gras.

La salade est prétexte à consommer votre « quota » de bons acides gras en choisissant bien l’huile : olive et colza, c’est très bien. Rien ne vous empêche d’utiliser de temps à autre de l’‘huile de noix (avec des noix) et de l’huile de pépins de raisin (avec des raisins).

 

Variez le contenu de vos salades.

Soyez inventif ne vous contentez pas tous les jours d’une simple salade verte. Ajoutez-y de l’ail, des oignons, des tomates, des cubes de fromage, des olives, des fruits coupés, etc. C’est un « matériau » de base indémodable, quelle que soit sa variété : laitue, batavia, romaine, iceberg …

 

Une salade croquante.

Si vous souhaitez que votre salade reste croquante durant tous votre repas. Procédez de la manière suivante :

Assaisonnez la salade au dernier moment.

Après l’avoir rincé et égoutté, séchez-les bien toutes vos feuilles.

Puis versez l’huile et le poivre en enrobant bien toute la surface de vos feuilles.

Enfin au dernier moment ajouter le vinaigre et le sel. Ils viendront relever le goût de votre salade sans l’agresser.

Votre salade restera bien croquante, car l’huile va protéger vos feuilles de l’agression du vinaigre. 😉

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

 

Ma bible de la santé au naturel

 

 

 

 

 

 

 

 

J’espère que vous avez apprécié la découverte des qualités et des propriétés de cet aliment. Et je vous dis à très bientôt pour découvrir ensemble de nouveaux aliments santé.

 

Thierry KLETHI - Blog La santé en mangeant

 

A très bientôt,

Thierry Klethi

La santé en mangeant

 

 

MES PRODUITS AMAZON

Pour vous permettre de trouver rapidement et au meilleur prix les ouvrages dont je m’inspire lors de la rédaction de mes articles et les objets ou produits que j’utilise régulièrement. Je me suis affilié avec AMAZON et je vous propose ci-dessous des liens vers ce site de commerce en ligne. Pour plus de détails sur mon affiliation, cliquez sur ce lien.

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3.1K
    Partages
  • 3.1K
  •  
  •  
  •  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.