Définitions

Définition de Diarrhées

DÉFINITION DE DIARRHÉES

 

Symptôme courant et banal, la diarrhée peut présenter une certaine gravité, surtout chez les nourrissons et les personnes âgées qui sont plus exposés à des risques que les adultes en bonne santé.

 

POINTS IMPORTANTS

  • Lorsque les intestins se trouvent confrontés à des aliments infectés ou indigestes, ils secrètent aussitôt de l’eau de façon à en diminuer l’agressivité. Cette eau se mélange aux aliments en cours de digestion, et les intestins se contractent parfois douloureusement, pour éliminer tout cela : c’est la diarrhée, qui est souvent accompagnée de vomissements et parfois de fièvre.
  • Attention ! Toute diarrhée sanglante ou accompagnée de fièvre nécessite la consultation du médecin.
  • Mais parfois les aliments sont parfaitement sains, et ce sont les intestins qui se contractent anormalement (sous l’effet d’un coup de froid ou d’une émotion par exemple) : l’accélération du transit fait que toute l’eau contenue dans les selles ne peut être réabsorbée : c’est ce qu’on appelle une diarrhée motrice.
  • Parfois aussi ce sont les intestins dont la paroi est lésée (comme dans les colites par exemple). Ils réagissent en secrétant de l’eau : c’est une diarrhée fonctionnelle avec douleurs et sans vomissements.
  • La diarrhée peut également être due à la contraction excessive des intestins ou à la simple accélération du transit intestinale. C’est ce qu’on appelle une diarrhée motrice. Elle n’entraîne aucun autre signe et la cause est alors souvent le stress.
  • Enfin on peut être constipé avec des selles très dures comme des billes. L’intestin secrète alors de l’eau qui accompagne l’émission des selles dures : c’est une fausse diarrhée qui doit en fait être considérée comme une constipation.
  • Les diarrhées peuvent faire perdre beaucoup d’eau, d’où le risque de déshydratation surtout chez l’enfant, en particulier s’il s’y associe fièvre et vomissements.
  • Certains signes doivent attirer l’attention : des diarrhées qui vont et qui viennent depuis plus de 3 semaines peuvent témoigner d’une infection chronique, mais aussi d’une maladie des intestins (en particulier s’il y a alternance de diarrhée et constipation). De la même façon une diarrhée au retour d’un pays chaud peut faire craindre une parasitose à soigner rapidement. Enfin, si l’on est séropositif, toute diarrhée traînante doit être vue par un médecin pour éliminer une affection opportuniste.
  • L’alternance de diarrhée et de constipation témoigne d’un obstacle intestinal ou d’une irritation responsable d’un spasme localisé des intestins. C’est ce qui se passe dans les tumeurs des intestins, qu’elles soient bénignes ou malignes et dans les inflammations sérieuses des intestins : ceux-ci se  bloquent  et provoquent une constipation, généralement douloureuse. Les intestins forcent alors sur l’obstacle ou le spasme. Les selles passent alors rapidement l’obstacle, si rapidement que l’eau ne peut être réabsorbée et qu’elles sont alors immédiatement émises sous forme de diarrhée. Puis la constipation s’installe à nouveau et le même processus se réinstalle. Ce genre de problème impose de voir un médecin et de ne pas se contenter d’un traitement antidiarrhéique ou au contraire laxatif qui ne fera qu’envenimer la situation et de masquer la cause réelle du problème.
  • Attention ! En cas de diarrhée infectieuse (diarrhée avec fièvre le plus souvent modérée à 38°-38°5) il est impératif de ne pas prendre de médicaments contre la diarrhée qui ralentissent le transit (type Imodium*, Lopéramide*, Altocel, Lopélin*, Imossel*) . En effet la prise de ce type de médicament ne ferait qu’aggraver les lésions intestinales entraînée par l’infection.

 

POINTS PARTICULIERS

Chez le nourrisson

  • Dans 90 % des cas, la cause d’une diarrhée chez le nourrisson est banale et sans gravité. Elle est généralement due à l’alimentation et au lait en particulier : un lait mal adapté à l’âge provoquera une réaction intestinale, de la même façon une intolérance aux protéines du lait fera réagir violemment les intestins. Autres causes fréquentes, les gastro-entérites, et d’une manière générale, la réaction aux infections virales comme les otites ou les rhinopharyngites.
  • La plupart du temps les diarrhées sont bénignes. Mais si des vomissements et de la fièvre. s’y associent, il y a un risque de déshydratation d’autant plus grand que l’enfant est jeune. La conséquence logique d’une déshydratation est généralement l’hospitalisation, à partir du moment où l’enfant a perdu plus de 5% de son poids normal.
  • Parfois enfin, des causes plus rares peuvent être à l’origine de diarrhées : la typhoïde est une infection intestinale rare mais grave en l’absence de traitement. D’autres maladies comme la galactosémie congénitale et la phénylcétonurie sont des maladies génétiques qui se manifestent dès la naissance et qui imposent un traitement particulier. La maladie cœliaque est du même ordre.

 

Les voyages

La diarrhée fait partie des signes les plus fréquents au cours ou au retour d’un voyage. Pour les principales :

  • Les shighelloses
  • L’amibiase intestinale
  • Le typhus
  • La typhoïde
  • Ankylostomose
  • Anguilulose
  • Certaines filarioses
  • La bilharziose
  • Cryptosporidiose

 

RAISONNEMENT DU MÉDECIN

  • Tout est affaire de contexte et de probabilités : si une épidémie de gastro-entérite bactérienne ou virale sévit, le médecin évoquera à priori ce diagnostic.
  • Sinon, il pensera à une intoxication alimentaire sur l’absence de fièvre. Les signes peuvent être très marqués malgré tout et parfois nécessiter une réhydratation et une hospitalisation.
  • D’autres causes évidentes comme les suites d’un traitement antibiotique ou l’abus de laxatif irritant responsable de la maladie des laxatifs seront évoqués, de même qu’un traitement antigoutteux ou de la prise de médicaments dont les effets secondaires comportent de la diarrhée.

 

Parfois le diagnostic est moins facile et l’examen clinique fait suspecter :

  • une colite inflammatoire
  • une colopathie fonctionnelle.

Des examens peuvent alors devenir nécessaires (coloscopie ou lavement baryté pour mettre en évidence :

  • une rectocolite ulcéro-hémorragique
  • une maladie de Crohn,
  • voire une tumeur des intestins.

Le médecin est parfois obligé de demander une coproculture pour mettre en évidence une bactérie ou un parasite dont il soupçonne la présence :

  • la typhoïde et l’amibiase intestinale sont souvent reliées à un contexte de voyage dans un pays chaud,
  • les mycoses digestives sont souvent le fait de personnes immunodéprimées,
  • et les salmonelloses peuvent sévir en collectivité.

Bien souvent, la diarrhée est due à une maladie infectieuse ou parasitaire contracte lors d’un voyage. C’est la coproculture et parfois certains examens spécifiques qui déterminent le diagnostic. Les causes sont alors très nombreuses, comme on l’a vu plus haut.

 

Parfois enfin la diarrhée entre dans le cadre de maladies complexes comme le diabète ou la maladie d’Addison, mais c’est rare.

 

SOURCE :

Image docteurclic

 

 

 

http://www.docteurclic.com

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •