Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs

Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs 

Fiches cuisines – Le régime sans FODMAP – Entrées – Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs 

 

SALADE DE POMMES DE TERRE AU THON SANS FODMAPs. 

  

Bonjour à toutes et tous, 

Je vous propose de réaliser aujourd’hui une excellente salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs. Pour commencer je vais vous présenter le matériel qu’il nous faut et les produits nécessaires à la réalisation de cette recette. Puis nous aborderons l’aspect pratique de sa réalisation. Et enfin, les apports que nous apporte la consommation des ingrédients de cette excellente recette. Mais ne nous attardons pas trop, lançons-nous, allons-y et réalisons ensemble cette salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs. Et surtout régalons nous. Miammm, c’est trop bon et c’est fait maison avec amour.  

  

MATÉRIEL NÉCESSAIRE POUR PRÉPARER LA RECETTE 

Une casserole antiadhésive 

 

OÙ ET QUELS PRODUITS ACHETER 

 

Pommes de terre

La pomme de terre. 

 

Acheter ses aliments

L’acheter. 

Je choisis des pommes de terre fermes, non germées et sans parties vertes, signe de la présence d’une substance toxique à haute dose, la solanine. 

Il existe une multitude de variétés adaptées à des usages différents. Les pommes de terre à chair farineuse (bintje, Caesar, Manon…) qui se délitent à la cuisson, sont plutôt destinées aux purées, potages et frites. Les variétés à chair ferme (ratte, roseval, belle de Fontenay, charlotte, pompadour, amandine…) ont une bonne tenue et sont recommandées pour les cuissons à la vapeur et à l’eau. Celles qui ont une chair fondante (agata, Mona Lisa, Nicola, samba…), tendres et de bonne tenue, se prêtent bien aux cuissons rissolées ou sautées, aux gratins, aux plats mijotés et à la cuisson au four. Les pommes de terre nouvelles, récoltés au printemps, offrent un goût plus sucré et une peau très fine. 

 

Consommer

La consommer. 

L’épluchage ôte une partie des vitamines et des minéraux et favorise leur migration dans le milieu de cuisson. Pour préserver les qualités nutritionnelles de la pomme de terre, l’idéal est de les faire cuire entière, avec la peau, plutôt à la vapeur ou au four qu’à l’eau. 

 

Conserver

La conserver. 

Les pommes de terre dites de conservation se gardent plusieurs semaines dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière : bac à légumes du réfrigérateur, cave ou garage. 

Les pommes e terre saisonnières (nouvelles et primeurs) se gardent moins longtemps, 6 jours environs au réfrigérateur. 

 

Les préparations du commerce. 

Elles ne sont pas forcément plus caloriques que les préparations maison, bien au contraire. Selon les marques, les frites surgelées apportent de 130 à 295 kcal pour 100 grammes, mais les frites faites à la maison peuvent être beaucoup plus riches (autour de 400kcal) en fonction de la qualité de la matière grasse ajoutée et du type de pomme de terre choisi (les variétés à chair farineuse telles que les bintjes absorbent moins l’huile). Même chose pour les pommes de terre rissolées (ou sautées) et le gratin dauphinois : l’apport calorique et la teneur en lipides sont en réalité très variables. 

 

 

Thon

Le thon. 

 

Acheter ses aliments

L’acheter. 

 Le thon frais est présent sur les marchés en été. Il est vendu, découpé en tranches. Son odeur doit être très légère et sa texture bien serrée. On le trouve aussi surgelé, découpé en tranches.  

 

Consommer

La consommer. 

Le thon en boite s’intègre facilement aux menus, dans les salades, les quiches, les pizzas, les gratins …  

Compte tenu des risques de pollution, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) recommande aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de 3 ans de limiter leur consommation de thon (et d’autres prédateurs sauvages).  

 

Le conserver. 

Rincez les tranches de thon, épongez-les et placez-les au frais.  

Évitez de les stocker plus de 24 heures, car le thon, comme la plupart des poissons, est propice au développement bactérien.  

 

Tomates

 

La tomate. 

 

Acheter ses aliments

L’acheter. 

La tomate a plus de gout de mai à septembre. Choisissez-la bien colorée (les plus rouge contiennent davantage de lycopène), avec une peau lisse et sans taches. Les tomates en grappe doivent être bien attachés à leur tige et cette dernière doit être bien verte. 

Certaines variétés sont adaptées à la cuisson (cœur-de-bœuf, Torino, etc.) ; d’autres, plus fermes, sont meilleures crues (olivette, tomate jaune). Les tomates cerises et cocktail, douces et parfumées, sont délicieuses crues et cuites. 

L’hivers, les tomates n’ont pas de goût, vous pouvez alors utiliser des tomates pelées en conserve pour vos sauces et potages. 

 

Consommer

La consommer. 

Pour limiter la quantité d’huile dans l’assaisonnement d’une salade de tomates, ajoutez des herbes, de l’échalote ou de l’oignon et laissez reposer quelques minutes pour que le jus des fruits dilue la sauce. 

 

Conserver

La conserver. 

Le froid diminue la saveur et modifie la texture des tomates : sauf grosse chaleur, mieux vaut les stocker à température ambiante, dans la corbeille de fruits, où elles continueront à mûrir pendant 3 à 4 jours. Les tomates en grappe se conservent un peu plus longtemps (6 à 7 jours), attachées à leur tige. 

En pleine saison, on peut faire des coulis à congeler ou à mettre en bocaux pour l’hiver. 

 

Olive

 

L’olive. 

 

Acheter ses aliments

L’acheter. 

Les olives de table s’achètent généralement en conserve ou en vrac. 

 

Consommer

La consommer. 

Les amateurs apprécient surtout l’olive noires cueillis très mures et ridées. Mais ce sont les plus caloriques. Certaines variétés bénéficient d’une AOC ou une AOP, comme la tanche ou l’olive de Nice qui sont toutes les deux des olives noires. 

On les consomme souvent lors de l’apéritif ou sur une salade, une pizza, des plats de viandes ou de volailles. En dépit de leur réputation d’aliments santé (surtout liées à l’huile d’olive), elles ont l’inconvénient d’être très salées et sont donc à consommer dans des quantités raisonnables. 

 

Conserver

La conserver. 

Les olives en conserve, se gardent de quelques mois à un an, dans notre réfrigérateur après ouverture. 

 

Olives et huile d'olives

L’huile d’olive. 

 

Acheter ses aliments

L’acheter. 

L’huile d’olive est surtout composée de graisses monoinsaturées (acide oléique), ne comprend pas beaucoup d’oméga 3, mais elle est pauvre en oméga 6 (ce qui est un atout) et riche en polyphénols antioxydants. 

Elle est à privilégier au quotidien, mais rien n’empêche de varier de temps à autre avec une huile moins courante, souvent très parfumée : noisette, macadamia, pistache, sésame, avocat, citrouille, etc. Par ailleurs certains mélanges d’huiles présentent de bons profils lipidiques, avec un ratio satisfaisant entre oméga 6 et oméga 3, mais leur importance respective n’est pas forcément indiquée sur l’étiquette. 

 

Consommer

La consommer. 

Prenez l’habitude de cuisiner à l’huile plutôt qu’au beurre. Evitez de surchauffer l’huile, qui ne doit pas fumer et jetez l’excédent de gras cuit. Limitez les fritures (frites, beignets, etc.). 

 

Conserver

La conserver. 

Vérifiez la DDM (date de durabilité minimale, « à consommer de préférence avant … »), qui doit se situer au moins 6 mois après l’achat. Soyez attentif surtout lorsqu’il s’agit vierges peu courantes, dont les stocks ne tournent pas toujours assez vite dans les magasins. Rangez les bouteilles dans un endroit sec, frais et obscur pour éviter l’oxydation. Pour la même raison, choisissez des conditionnements qui ne laissent pas passer la lumière. Rebouchez bien la bouteille à chaque emploi. Certaines huiles (noix, noisette, par exemple) se conservent plutôt au réfrigérateur après ouverture car elles rancissent facilement : elles peuvent alors se figer un peu, ce qui n’altère en rien leurs qualités. Pour des huiles que vous ne consommez pas chaque jour, achetez des petits conditionnements de 20 à 30 centilitres. 

 

 Caisse de légumes bio

 

Les produits bio 

Préférez, si c’est possible des produits bio car ils seront forcément moins traités chimiquement et donc plus sains et aurons un meilleur goût. 

 

Cuisiner - Faire sois-même

 

JE RÉALISE MA SALADE DE POMMES DE TERRE AU THON SANS FODMAPs. 

  

Pour 4 personnes

Pour quatre personnes. 

 

Attendre 15 minutes

Mon temps de préparation est de 15 minutes. 

 

Attendre 15 minutes

 Je laisse mijoter pendant 15 minutes. 

  

MES INGRÉDIENTS POUR RÉALISER MA SALADE DE POMMES DE TERRE AU THON SANS FODMAPs. 

 Je prends huit cents grammes de pommes de terre à chair ferme. 

Ainsi que trois cents grammes de thon au naturel. 

Quatre tomates séchées. 

Une barquette de tomates cerises. 

Douze olives noires. 

Seize feuilles de basilic. 

Deux cuillères à soupe de pignons. 

Ainsi que deux cuillères à soupe d’huile d’olive. 

Deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre ou de vin. 

Du sel et du poivre.  

 

Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs

POUR PRÉPARER MA SALADE DE POMMES DE TERRE AU THON SANS FODMAPs. 

Je fais cuire mes pommes de terre dans de l’eau bouillante salée, avec leur peau, durant quinze minutes environ.  

Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs

Pendant ce temps, j’égoutte mon thon, je coupe mes tomates séchées en lanières, ainsi que les tomates cerises. 

Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs

Je chauffe mes pignons dans une poêle antiadhésive, en les surveillant, car ils ne doivent pas noircir. 

Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs

Puis, je fouette l’huile avec le vinaigre. 

Je sale et poivre. 

Quand mes pommes de terre sont cuites, je les égoutte, les laisse tiédir et les épluche. 

Je les coupe en quatre dans la longueur et les dépose dans un saladier. 

Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs

J’ajoute le thon, les deux sortes de tomates, les olives, le basilic et la sauce. 

Je mélange délicatement, puis parsème mes pignons.  

 

Salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs

 

Ma touche personnelle - Mon idée

Ma touche personnelle. 

J’ajoute souvent du basilic dans mes recettes, car il facilite la digestion de mon plat.  

 

LES PRINCIPAUX APPORTS NUTRITIONNELS DE MES INGRÉDIENTS. 

 

 

Pommes de terre

La pomme de terre. 

 

Source de fibres

Fibres. 

La pomme de terre contient beaucoup de fibres qui favorisent le bon fonctionnement de nos intestins en régularisant et en stimulant notre péristaltisme intestinal. De ce fait, elles limitent délicatement les risques de constipation. De plus la consommation de fibres permet également de piéger le cholestérol. 

 

Vitamine C

Vitamine C ou acide ascorbique. 

Elle apporte de la vitamine C qui participe à des centaines de processus dans l’organisme. Une de ces principales fonctions est d’aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif de la peau, des ligaments et des os. Mais elle contribue également au maintien de la fonction immunitaire. Ainsi qu’elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l’absorption du fer contenu dans les végétaux. Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres. 

 

Vitamine B2

Vitamine B2 ou riboflavine. 

La pomme de terre est une très bonne source de vitamine B2 qui participe au métabolisme des glucides (sucres), des lipides (graisses) et des protéines. Ainsi que dans la production de kératine, une protéine indispensable au bon état des cheveux, des ongles et de la peau. Mais elle permet également de prévenir l’anémie, certains cancers, ainsi que des troubles de la vision, dont la cataracte. 

 

Potassium

Potassium. 

Elle contient du potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant. 

 

Magnésium

Magnésium. 

La pomme de terre apporte du magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Ainsi qu’il permet de réguler notre métabolisme et intervient dans la transmission de l’influx nerveux. De plus, il améliore l’équilibre nerveux et limite la fatigue, le stress et les fringales. 

 

Fer

Fer. 

Elle contient du fer qui est utile à notre organisme pour transporter l’oxygène et fabriquer les globules rouges du sang. Il permet également de fabriquer des nouvelles cellules, des hormones et des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Pour favoriser son absorption, il est conseillé de l’associer à certains nutriments, tels que la vitamine C. 

 

Les Glucides

Glucides. 

La pomme de terre contient beaucoup de glucides qui sont des constituants essentiels de notre alimentation. Selon les recommandations officielles (Programme National de Nutrition et de Santé), ils devraient représenter environ 50% de notre ration calorique moyenne journalière. 

Ils sont composés de deux grandes familles. Les glucides simples, qui sont les sucres rapides et ont un goût sucré.  Ainsi que les glucides complexes, qui sont des sucres lents et n’ont généralement pas un goût sucré. 

Il est conseillé d’avoir une alimentation composée d’un tiers étant sous forme de sucres rapides et de deux tiers de sucres lents. Mais malheureusement, dans notre alimentation actuelle, les proportions sont très souvent inversées, si ce n’est pas pire. ☹ 

 

 

Carotènes

Caroténoïdes. 

Elle contient des carotènes et les bêta-carotènes, sont des précurseurs essentiels de la vitamine A, dont les effets bénéfiques semblent reconnus depuis fort longtemps. Ils agiraient en tant qu’antioxydants contre les radicaux libres. De plus, ils interviendraient également dans la régulation des défenses naturelles de l’organisme. 

 

 

Thon

Le thon. 

 

Protéines

Des protéines. 

Le thon contiens des protéines animales qui sont issues de la viande et des produits carnés (charcuterie), du poisson et des fruits de mer, du lait et des produits laitiers ou également des œufs. 

Ces protéines font partie des sept constituants de base de notre alimentation avec les glucides, les lipides, les vitamines, les oligoéléments et minéraux et l’eau. Ce sont les seules sources d’azote que l’homme peut utiliser. Sachant que l’azote est indispensable à la vie. 

Les protéines animales sont dites « complètes » car elles ont des teneurs très élevées en acides aminés essentiels, assez proches des besoins de l’homme. 

Cependant de nombreuses sources de protéines animales (viande de porc, de mouton, charcuterie et fromages, …) apportent beaucoup de lipides, de cholestérol et des déchets (urée, acide urique) dont l’accumulation peut être nuisible à la santé ou à la forme. De ce fait, elles seraient à l’origine de nombreuses maladies cardio-vasculaires et de certains cas d’obésité. 

 

Acides gras insaturés

Des acides gras essentiels. 

Il contient également des acides gras essentiels (AGE) qui forment une catégorie d’acides gras particulière comprenant les molécules qui forment les lipides. Plus précisément, ils font partie des acides gras poly-insaturés. Ils se déclinent en deux grandes familles : les acides gras de type oméga-3 et les oméga-6. Ces acides gras essentiels ne peuvent pas être synthétisés directement par l’organisme. Pourtant, ils ont des rôles importants car ils luttent contre les troubles cardiovasculaires et l’hypertension. La seule solution est donc d’absorber ces acides gras par l’alimentation en consommant des poissons gras, des huiles végétales, ou des compléments alimentaires. 

 

Vitamine B12

De la vitamine B12 ou cobalamine. 

Le thon est riche en vitamine B12 qui est essentielle à la croissance, à la division cellulaire, au fonctionnement adéquat de toutes les cellules du corps et à l’équilibre du système nerveux. Elle intervient plus précisément dans la synthèse de l’ADN et de l’ARN, des protéines, de la myéline (substance qui forme une gaine autour de certaines fibres nerveuses), dans la formation des globules rouges, ainsi que dans le métabolisme des glucides et des lipides. 

 

 

Vitamine D

De la vitamine D ou du calciférol. 

Il apporte également de la vitamine D également appelée calciférol qui intervient dans le l’absorption du calcium et du phosphore. Elle joue un rôle essentiel dans la minéralisation des os. Il s’agit d’une vitamine liposoluble (solubles dans les graisses).  

La vitamine D a deux origines : l’alimentation et une production par la peau quand elle est exposée aux rayons solaires. Les personnes qui vivent dans des régions peu ensoleillées ou qui sortent peu (personnes âgées) doivent tout particulièrement veiller à leurs apports d’origine alimentaire. 

 

Tomates

La tomate. 

 

Flavonoïdes - Lycopène - bêta-carotène

Des flavonoïdes (Lycopène). 

La carte maîtresse de notre tomate est sa capacité extrêmement antioxydante dû aux flavonoïdes qui neutralisent les radicaux libres responsables des maladies cardiaques, d’athérosclérose, de cataracte, d’arthrite et bien d’autres maux… Ils sont reconnus pour leurs capacités antioxydantes et anti-inflammatoires. 

 

 

Source de fibres

Des fibres. 

Elle contient de très nombreuses fibres douces qui favorisent le bon fonctionnement de nos intestins en régularisant et en stimulant notre péristaltisme intestinal. De ce fait, elles limitent délicatement les risques de constipation. De plus la consommation de fibres permet également de piéger le cholestérol. 

 

 

Potassium

Du potassium. 

La tomate est riche en potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant. 

 

Vitamine C

Vitamine C. 

Elle contient de la vitamine C qui participe à des centaines de processus dans l’organisme. Une de ces principales fonctions est d’aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif de la peau, des ligaments et des os. Mais elle contribue également au maintien de la fonction immunitaire. Ainsi qu’elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l’absorption du fer contenu dans les végétaux. Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres. 

 

 

Vitamine E

Vitamine E. 

La tomate contient également de la vitamines E qui joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules de l’organisme. Elle est antioxydante, c’est-à-dire qu’elle contribue à la neutralisation des radicaux libres dans l’organisme. De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des cellules cardiovasculaires. De plus la vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur. 

 

Carotènes

Carotènes. 

Elle contient des carotènes et les bêta-carotènes, sont des précurseurs essentiels de la vitamine A, dont les effets bénéfiques semblent reconnus depuis fort longtemps. Ils agiraient en tant qu’antioxydants contre les radicaux libres. De plus, ils interviendraient également dans la régulation des défenses naturelles de l’organisme. 

 

Olive

L’olive. 

 

Source de fibres

Des fibres. 

Les fibres favorisent le bon fonctionnement de nos intestins en régularisant et en stimulant notre péristaltisme intestinal. De ce fait, elles limitent délicatement les risques de constipation. De plus la consommation de fibres permet également de piéger le cholestérol. 

 

Magnésium

Du magnésium. 

Le magnésium participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Ainsi qu’il permet de réguler notre métabolisme et intervient dans la transmission de l’influx nerveux. De plus, il améliore l’équilibre nerveux et limite la fatigue, le stress et les fringales. 

 

Fer

Du fer. 

Le fer est utile à notre organisme pour transporter l’oxygène et fabriquer les globules rouges du sang. Il permet également de fabriquer des nouvelles cellules, des hormones et des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Pour favoriser son absorption, il est conseillé de l’associer à certains nutriments, tels que la vitamine C. 

 

Cuivre

Du cuivre. 

Le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres. 

 

Calcium

Du calcium. 

Le calcium est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques. 

 

Zinc

Du zinc. 

Le zinc participe aux réactions immunitaires, à la fabrication du matériel génétique, à la perception du goût, à la cicatrisation des plaies et au développement du fœtus. Il interagit également avec les hormones sexuelles et thyroïdiennes. Dans le pancréas, il participe à la fabrication, la mise en réserve et à la libération de l’insuline. De plus il a un rôle prépondérant lors de la synthèse des protéines. Il agit également en tant qu’antioxydant en neutralisant les radicaux libres et il protège les cellules de la peau. 

Pour favoriser son absorption, il convient comme pour le fer de le consommer en même temps que des aliments riches en vitamine C. 

 

Vitamine E

Des vitamines E. 

La vitamines E joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules de l’organisme. Elle est antioxydante, c’est-à-dire qu’elle contribue à la neutralisation des radicaux libres dans l’organisme. De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des cellules cardiovasculaires. De plus la vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur. 

 

Polyphénols

Des polyphénols antioxydants. 

Les polyphénols sont des antioxydants qui permettent à notre corps de lutter contre le vieillissement en neutralisant les fameux radicaux libres qui s’attaquent à nos cellules et accélèrent le déclin de l’organisme. On les trouve souvent dans nos fruits et légumes. 

 

Olives et huile d'olives

L’huile d’olive. 

 

Vitamine E

De la vitamine E. 

L’huile d’olive représente un apport élevé en vitamines E qui joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules de l’organisme. Elle est antioxydante, c’est-à-dire qu’elle contribue à la neutralisation des radicaux libres dans l’organisme. De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des cellules cardiovasculaires. De plus la vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur. 

 

Acides gras insaturés

Des acides gras (monoinsaturés) 

Elle contient majoritairement des acides gras insaturés (AGI) qui font partie de la famille des acides gras, à la base de la formation des lipides. Ils comportent une ou plusieurs doubles liaisons carboniques. On peut distinguer ainsi respectivement les acides gras monoinsaturés et les acides gras poly-insaturés. Ils ont de nombreuses fonctions importantes dans l’organisme et jouent notamment un rôle dans la synthèse hormonale et combattent l’hypertension artérielle. De plus, ils ont des effets « anticholestérol », qui protègent notre cœur. Les principales sources alimentaires de ces acides gras sont les huiles végétales, la viande, les poissons gras et les œufs.  

 

Polyphénols

Polyphénols antioxydants (hydroxytyrosol et le oleuropéine). 

L’huile d’olive est riche en polyphénols qui sont des antioxydants qui permettent à notre corps de lutter contre le vieillissement en neutralisant les fameux radicaux libres qui s’attaquent à nos cellules et accélèrent le déclin de l’organisme. On les trouve souvent dans nos fruits et légumes. 

 

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES : 

Plus jamais mal au ventre avec le régime FODMAPS

Guide de la santé dans votre assiette

Ma bible de la santé au naturel

 

 

  

Bonne dégustation de notre salade de pommes de terre au thon sans FODMAPs et à très bientôt pour découvrir et essayer une nouvelle recette ensemble. 

 

 

 

 

Thierry KLETHI - Blog La santé en mangeant

A très bientôt, 

Thierry Klethi 

La santé en mangeant 

 

 

MES PRODUITS AMAZON 

Pour vous permettre de trouver rapidement et au meilleur prix les ouvrages dont je m’inspire lors de la rédaction de mes articles et les objets ou produits que j’utilise régulièrement. Je me suis affilié avec AMAZON et je vous propose ci-dessous des liens vers ce site de commerce en ligne. Pour plus de détails sur mon affiliation, cliquez sur ce lien. 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.