Salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs

SALADE DE POTIRON CRUE AUX NOISETTES SANS FODMAPs.

Bonjour à toutes et tous,

Je vous propose aujourd’hui de réaliser une excellente salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs. Pour commencer je vais vous présenter le matériel qu’il nous faut et les produits nécessaires à la réalisation de cette recette. Puis nous aborderons l’aspect pratique de sa réalisation. Et enfin, les apports que nous apporte la consommation des ingrédients de cette excellente recette. Mais ne nous attardons pas trop, lançons-nous, allons-y et réalisons ensemble cette salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs. Et surtout régalons nous. Miammm, c’est trop bon et c’est fait maison avec amour.

MATERIEL NÉCESSAIRE POUR PRÉPARER LA RECETTE

Une casserole antiadhésive.

OÙ ET QUELS PRODUITS ACHETER

Potiron

Un potiron.

 

Acheter ses aliments

L’acheter.

Les potirons arrivent à maturité à la fin de l’été et sont récoltés jusqu’au début de l’hiver. Ils doivent être lourds, avec une écorce intacte. Si vous êtes peu nombreux, choisissez plutôt les découpe, plus faciles à utiliser (ou préparez une grande quantité de soupe et congelez-la en portions adaptés). La chair doit être orange vif, compacte et non fibreuse.

Consommer

Le consommer.

Le potiron est idéal dans des potages, avec des pommes de terre et un peu d’oignon. Pour changer, préparez-le en gratin pour accompagner une volaille, par exemple.

Conserver

Le conserver.

Le potiron entier a l’avantage de se garder plusieurs semaines dans un lieu frais et bien aéré. Une fois entamé, couvrez la partie exposée de film étirable et ne le conservez pas plus de deux ou trois jours au réfrigérateur.

Huile de noix

L’huile de noix.

 

Acheter ses aliments

L’acheter.

L’huile de noix se distingue par sa richesse en oméga 3 qui est un acide alpha linoléique qui ne peut pas être synthétisé par notre organisme. Il est donc essentiel. Une fois apporté par l’alimentation, il permet de fabriquer d’autres acides gras de la même famille. Il s’agit de l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et de l’acide docosahexaénoïque (DHA). Le taux de conversion est cependant très faible pour le DHA. On peut également trouver ces deux acides directement dans notre alimentation, en consommant des poissons. 😉

Mais également par sa bonne répartition entre les omégas 6 et oméga 3. Selon les experts, le rapport entre ces deux types d’acides gras devrait être inférieur à 5 pour 1, alors qu’il est plutôt de 10 pour 1 dans notre alimentation.

En effet, l’huile de tournesol, très consommé en France, ainsi que l’huile d’arachide n’apportent quasiment pas d’oméga 3 alors que leur teneur en oméga 6 est élevée.

Si l’huile de noix est à privilégier au quotidien, rien n’empêche de varier de temps à autre avec des huiles moins courantes, souvent très parfumées tels que celle de noisette, de macadamia, de pistache, de sésame, d’avocat, de pavot, de citrouille…

Par ailleurs, certains mélanges d’huiles présentent de bons profils lipidiques, avec un ratio satisfaisant entre oméga 6 et oméga 3, mais leur importance respective n’est pas forcément indiquée sur l’étiquette.

Consommer

La consommer.

Prenez l’habitude de cuisiner à l’huile plutôt qu’au beurre. Evitez de surchauffer l’huile, qui ne doit pas fumer et jetez l’excédent de gras cuit. Limitez les fritures (frites, beignets, etc.).

Conserver

La conserver.

Vérifiez la DDM (date de durabilité minimale, « à consommer de préférence avant … »), qui doit se situer au moins 6 mois après l’achat. Soyez attentif surtout lorsqu’il s’agit vierges peu courantes, dont les stocks ne tournent pas toujours assez vite dans les magasins. Rangez les bouteilles dans un endroit sec, frais et obscur pour éviter l’oxydation. Pour la même raison, choisissez des conditionnements qui ne laissent pas passer la lumière. Rebouchez bien la bouteille à chaque emploi. Certaines huiles (noix, noisette, par exemple) se conservent plutôt au réfrigérateur après ouverture car elles rancissent facilement : elles peuvent alors se figer un peu, ce qui n’altère en rien leurs qualités. Pour des huiles que vous ne consommez pas chaque jour, achetez des petits conditionnements de 20 à 30 centilitres.

 

Noisettes

Les noisettes.

 

Acheter ses aliments

Les acheter.

Les noisettes vendus dans leur coque conservent mieux leur saveur et leurs qualités nutritionnelles que ceux qui sont déjà décortiqués. Dans ce dernier cas, achetez des petits conditionnements (sachets de 75 à 150 grammes).

Consommer

Les consommer.

Les noisettes sont intéressantes pour notre santé à condition d’être consommés régulièrement et en quantité modérée. Vous pouvez en ajouter dans les céréales du petit déjeuner, les salades ou les plats mijotés. Pour l’apéritif, préférez des graines non salées et associez-les à des crudités plutôt que des biscuits.

Les sachets pour l’apéritif.

Ces noisettes sont vendues grillées et salées, seul ou en mélange, parfois associées à des fruits séchés (raisins secs, par exemple). La différence avec les graines brutes réside surtout dans la teneur en sel.

A l’état brut, les noisettes ne contiennent quasiment pas de sodium, mais la teneur en sel atteint 0,7 à 1,7 grammes pour 100 grammes dans les produits apéritifs. Il est donc préférable de les acheter avec la mention « non salé ».

Conserver

Les conserver.

Les noisettes fraîches que nous consommons sont pratiquement toujours séchés (déshydratés) après la récolte. Mais, à l’automne, on trouve sur les marchés des noisettes fraîches : elles viennent d’être récoltées et contiennent davantage d’eau. Leur profil nutritionnel est similaire à celui des fruits séchés, avec un apport calorique très légèrement inférieur. Leur saveur en revanche est différente, particulièrement délicate et fruitée. La durée de conservation de ces fruits frais est courte : quelques jours dans la corbeille de fruits ou le bas du réfrigérateur.

 

Vinaigre de cidre

Le vinaigre de cidre.

Acheter ses aliments

L’acheter.

Choisissez un vinaigre de qualité au goût peu acide et bien parfumé. Si vous aimez varier les saveurs ou si vous consommez peu de vinaigre, achetez des petits flacons (50 cl). Le vinaigre est un produit stable (il est pasteurisé), mais il perd un peu de son parfum après l’ouverture.

Consommer

Le consommer.

Le vinaigre a un usage varié en cuisine. Il sert de condiment pour assaisonner les vinaigrettes, les mayonnaises et les moutardes. Son action acidifiante est mise à profit pour empêcher l’oxydation des fruits et des légumes et retarder l’action des enzymes qui détruisent la vitamine C.

Mais aussi pour prolonger la conservation des aliments en prévenant le développement de bactéries nuisibles pour les marinades, les cornichons, câpres, chutneys, etc. Ainsi que pour leur leurs donner une saveur aigre-douce.

Il sert également à attendrir la viande de volaille ou de gibier, ainsi que les haricots secs, qui nécessitent de ce fait moins de temps de cuisson et son plus savoureux. 😊

Il améliore la valeur nutritive des sauces, des soupes et ragouts dans lesquels on dépose des os, car il dissout le calcium.

La plupart des vinaigres sont interchangeable ce qui permet de jouer avec les saveurs.

Le vinaigre blanc est très peu parfumé et sers essentiellement pour les marinades ou les conserves.

Le vinaigre de cidre ou de vin transmet sa couleur et son goût et est utilisé pour les marinades, la réalisation de chutneys foncés ou avec du poisson ou des crustacés.

Enfin, le vinaigre balsamique sert à déglacer et a aromatiser le canard, le foie de veau, ou même les fraises au sucre.

Les lecteurs vous recommandent :
Sauce au poivron sans FODMAPs

Conserver

Le conserver.

Le vinaigre se conserve indéfiniment à la température de la pièce. Il est toujours comestible même s’il forme une mère de vinaigre.

Persil frisé

 

Le persil.

 

Acheter ses aliments

L’acheter.

Il existe deux variétés de persil : le persil frisé, dont les feuilles sont décoratives, et le persil plat, à la saveur plus fine. Choisissez des branches de persil bien ferme et d’un beau vert. Laissez de côté les feuilles jaunies, brunies ou molles car elles manquent de fraîcheur.

On peut également l’acheter, haché et déshydraté, mais il aura perdu une grande partie de sa saveur et de ses micronutriments. L’autre option est de choisir du persil congelé, qui a l’avantage de se conserver longtemps dans cet état, en conservant l’essentiel de ses nutriments. Seul sa saveur est légèrement modifiée.

Ensuite, il faut le laver attentivement car il a tendance à retenir le sable ou la terre. Pour cela, on peut le plonger dans de l’eau fraîche en le secouant doucement jusqu’à ce qu’il soit bien propre. Evitez cependant de le laisser tremper dans l’eau.

Consommer

Le consommer.

Le persil a un emploi presque illimité. On l’utilise frais, séché ou congelé. Le persil frais a plus de valeur nutritive et de saveur. L’ajouter à la dernière minute aux aliments cuits, il conserve plus de fermeté, de couleur, de saveur et de valeur nutritive. Les tiges comme les feuilles sont comestibles. Le persil est un des composants du bouquet garni. Au Liban, il est l’ingrédient principal du taboulé, un plat froid qui réunit blé concassé, huile d’olive, oignon, tomate, ail, jus de citron et menthe.

Conserver

Le conserver.

Le persil se conserve au réfrigérateur, dans un sac de plastique perforé. Le laver d’abord s’il est terreux, sablonneux ou très humide. S’il est défraîchi, l’asperger légèrement d’eau avant de le placer au réfrigérateur ou, si on vient de le laver, ne pas l’égoutter complètement. Le persil se congèle facilement, car il n’a pas besoin d’être blanchi. Il perd cependant se fermeté. L’utiliser de préférence sans le décongeler.

 

Caisse de légumes bio

Les produits bio

Préférez, si c’est possible des produits bio car ils seront forcément moins traités chimiquement et donc plus sains et aurons un meilleur goût.

Cuisiner - Faire sois-même

JE RÉALISE MA SALADE DE POTIRON CRUE AUX NOISETTES SANS FODMAPs.

 

4 personnes

Pour quatre personnes.

10 Minutes

Mon temps de préparation est de 10 minutes.

 

5 minutes

 Je laisse cuire durant 5 minutes.

MES INGRÉDIENTS POUR RÉALISER MA SALADE DE POTIRON CRUE AUX NOISETTES SANS FODMAPs.

Je prends un quartier de potiron.

Ainsi que deux cuillères à soupe d’huile de noix.

Huit noisettes entières.

Ainsi que trois cuillères à soupe de vinaigre de cidre.

Deux cuillères à soupe de persil ciselé.

Du sel et du poivre.

Salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs

POUR PRÉPARER MA SALADE DE POTIRON CRUE AUX NOISETTES SANS FODMAPs.

Je fais chauffer les noisettes dans une poêle antiadhésive, sans les laisser noircir. Elles doivent seulement prendre une belle teinte dorée.

Salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs

Puis, j’épluche le potiron et je retire les graines.

Je le coupe en quartiers fins et le passe à la mandoline pour obtenir des lamelles très fines.

Salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs

Puis, je le dépose dans un saladier avec le persil, l’huile de noix et le vinaigre.

Salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs

Je mélange.

Puis, je concasse les noisettes de façon à obtenir des éclats et je les parsème sur la salade.

Salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs

Je sers aussitôt et me régale. MMMIIIIAAAAMMM.

Salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs

Les FODMAPs :

Si vous tolérez le sorbitol, vous pouvez ajouter quelques grains de raisin frais (coupés en deux et épépinés) dans la salade.

LES PRINCIPAUX APPORTS NUTRITIONNELS DE MES INGREDIENTS.

Potiron

Un potiron.

 

Carotènes

Le carotène.

Le potiron est l’un des légumes les mieux pourvus en carotènes qui est un précurseur essentiel de la vitamine A, dont les effets bénéfiques semblent reconnus depuis fort longtemps. Ils agiraient en tant qu’antioxydants contre les radicaux libres. De plus, ils interviendraient également dans la régulation des défenses naturelles de l’organisme.

Source de fibres

Les fibres.

Ses fibres sont douces, très bien tolérées et favorisent le bon fonctionnement de nos intestins en régularisant et en stimulant notre péristaltisme intestinal. De ce fait, elles limitent délicatement les risques de constipation. De plus la consommation de fibres permet également de piéger le cholestérol.

Potassium

Le potassium.

Le potiron est riche en potassium et pauvre en sodium, c’est un parfait équilibre santé. D’autant que sont potassium est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

Vitamine C

La vitamine C.

Sa vitamine C participe à des centaines de processus dans l’organisme. Une de ces principales fonctions est d’aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif de la peau, des ligaments et des os. Mais elle contribue également au maintien de la fonction immunitaire. Ainsi qu’elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l’absorption du fer contenu dans les végétaux. Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres. Mais son taux de vitamine C chute très rapidement, il convient donc de le consommer rapidement. 😉

Calcium

Le calcium.

Le potiron à une teneur non négligeable en calcium qui est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

Huile de noix

L’huile de noix.

 

Acides gras insaturés

Les acides gras essentiels.

Les acides gras essentiels (AGE) forment une catégorie d’acides gras particulière comprenant les molécules qui forment les lipides. Plus précisément, ils font partie des acides gras poly-insaturés. Ils se déclinent en deux grandes familles : les acides gras de type oméga-3 et les oméga-6. Ces acides gras essentiels ne peuvent pas être synthétisés directement par l’organisme. Pourtant, ils ont des rôles importants car ils luttent contre les troubles cardiovasculaires et l’hypertension. La seule solution est donc d’absorber ces acides gras par l’alimentation en consommant des poissons gras, des huiles végétales, ou des compléments alimentaires.

Vitamine E

De la vitamine E.

L’huile d’olive représente un apport élevé en vitamines E qui joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules de l’organisme. Elle est antioxydante, c’est-à-dire qu’elle contribue à la neutralisation des radicaux libres dans l’organisme. De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des cellules cardiovasculaires. De plus la vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur.

Les lecteurs vous recommandent :
Poulet au kiwi 

Polyphénols

Polyphénols antioxydants (hydroxytyrosol et le oleuropéine).

L’huile d’olive est riche en polyphénols qui sont des antioxydants qui permettent à notre corps de lutter contre le vieillissement en neutralisant les fameux radicaux libres qui s’attaquent à nos cellules et accélèrent le déclin de l’organisme. On les trouve souvent dans nos fruits et légumes.

 

Noisettes

Les noisettes.

 

Vitamine E

De la vitamine E.

La noisette contient beaucoup de vitamines E qui joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules de l’organisme. Elle est antioxydante, c’est-à-dire qu’elle contribue à la neutralisation des radicaux libres dans l’organisme. De plus, elle empêche ou réduit l’oxydation des cellules cardiovasculaires. De plus la vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Ces effets, qui ne sont pas reliés à son activité antioxydante, jouent également un rôle cardioprotecteur.

Vitamines du groupe B

Des vitamines B.

Elle est particulièrement riche en vitamines B qui forment un groupe de huit vitamines hydrosolubles (solubles dans l’eau) réunies en raison de leur structure moléculaire, qui jouent un rôle important dans le métabolisme des cellules. Il s’agit principalement de la vitamine B1 qui joue un rôle essentiel dans le métabolisme cellulaire. Ainsi que la vitamine B5 qui est également appelée acide pantothénique et qui est indispensable au métabolisme des différents nutriments énergétiques : glucides (sucres), lipides (graisses), acides aminés (constituants des protéines). Mais également de la vitamine B6 qui intervient dans la synthèse des neurotransmetteurs permettant la transmission de l’influx nerveux. Le métabolisme de l’hémoglobine, les protéines, les hormones stéroïdes, certaines enzymes et les mécanismes immunitaires. Et de la vitamine B9 qui est également appelée acide folique (ou folates), qui est essentielle au renouvellement cellulaire ainsi qu’au développement du fœtus en cas de grossesse.

Source de fibres

Des fibres.

La noisette est une bonne source en fibres qui favorisent le bon fonctionnement de nos intestins en régularisant et en stimulant notre péristaltisme intestinal. De ce fait, elles limitent délicatement les risques de constipation. De plus la consommation de fibres permet également de piéger le cholestérol.

Lipides

Des lipides (insaturés et essentiels).

Elle est très riche en lipides qui sont essentiellement constitués d’acides gras insaturés (AGI) qui font partie de la famille des acides gras, à la base de la formation des lipides. Ils comportent une ou plusieurs doubles liaisons carboniques. On peut distinguer ainsi respectivement les acides gras monoinsaturés et les acides gras poly-insaturés. Ils ont de nombreuses fonctions importantes dans l’organisme et jouent notamment un rôle dans la synthèse hormonale et combattent l’hypertension artérielle. De plus, ils ont des effets « anticholestérol », qui protègent notre cœur. Les principales sources alimentaires de ces acides gras sont les huiles végétales, la viande, les poissons gras et les œufs.

Mais également, des acides gras essentiels (AGE) qui forment une catégorie d’acides gras particulière comprenant les molécules qui forment les lipides. Plus précisément, ils font partie des acides gras poly-insaturés. Ils se déclinent en deux grandes familles : les acides gras de type oméga-3 et les oméga-6. Ces acides gras essentiels ne peuvent pas être synthétisés directement par l’organisme. Pourtant, ils ont des rôles importants car ils luttent contre les troubles cardiovasculaires et l’hypertension. La seule solution est donc d’absorber ces acides gras par l’alimentation en consommant des poissons gras, des huiles végétales, ou des compléments alimentaires.

Manganèse

Du manganèse.

La noisette est très riche en magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Ainsi qu’il permet de réguler notre métabolisme et intervient dans la transmission de l’influx nerveux. De plus, il améliore l’équilibre nerveux et limite la fatigue, le stress et les fringales.

Cuivre

Du cuivre.

Elle est très riche en cuivre qui est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

Magnésium

Du magnésium.

La noisette est également très riche en magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Ainsi qu’il permet de réguler notre métabolisme et intervient dans la transmission de l’influx nerveux. De plus, il améliore l’équilibre nerveux et limite la fatigue, le stress et les fringales.

Fer

Du fer.

Elle est aussi très riche en fer qui est utile à notre organisme pour transporter l’oxygène et fabriquer les globules rouges du sang. Il permet également de fabriquer des nouvelles cellules, des hormones et des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Pour favoriser son absorption, il est conseillé de l’associer à certains nutriments, tels que la vitamine C.

Calcium

Du calcium.

La noisette est enfin très riche en calcium qui est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

Potassium

Du potassium.

Elle est une bonne source en potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

Zinc

Du zinc.

La noisette est une bonne source en zinc qui participe aux réactions immunitaires, à la fabrication du matériel génétique, à la perception du goût, à la cicatrisation des plaies et au développement du fœtus. Il interagit également avec les hormones sexuelles et thyroïdiennes. Dans le pancréas, il participe à la fabrication, la mise en réserve et à la libération de l’insuline. De plus il a un rôle prépondérant lors de la synthèse des protéines. Il agit également en tant qu’antioxydant en neutralisant les radicaux libres et il protège les cellules de la peau.

Les lecteurs vous recommandent :
Asperges gratinées au jambon.

Pour favoriser son absorption, il convient comme pour le fer de le consommer en même temps que des aliments riches en vitamine C.

Phosphore

Du phosphore.

Elle est une source en phosphore qui joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. Il est également indispensable pour permettre de métaboliser les lipides. De ce fait, il évite que les graisses s’accumulent dans le foie et permet qu’elles soient digérées. Mais son rôle est aussi prépondérant dans la formation de collagène et pour le bon fonctionnement des yeux et de la peau. De plus, il permet d’emmagasiner et produire l’énergie dont nous avons besoin pour contracter nos muscles et permettre à notre corps de bouger. Mais il participe aussi à la croissance et à la régénération des tissus et aide à maintenir le pH de notre sang en neutralisant les excès d’acides ou d’alcalins.

 

Des allergènes (histamine).

La noisette peut déclencher une allergie qui décline par des démangeaisons et une sensation de brûlure au niveau de la bouche juste après les avoir consommés. En l’absence d’autres symptômes, cette réaction n’est pas grave, mais il est toutefois conseillé de consulter un allergologue.

 

Vinaigre de cidre

Le vinaigre de cidre.

Potassium

Potassium.

Le vinaigre de cidre contient énormément de potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

Calcium

Calcium.

Il contient un peu de calcium qui est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

Sodium

Sodium.

Ainsi que du sodium qui est un élément minéral très présent dans notre organisme, surtout dans le plasma. Il est apporté par l’alimentation sous forme de chlorure de sodium (le sel). Des apports trop importants sont un facteur de risque d’hypertension artérielle. Cependant, il est indispensable à la transmission de l’influx nerveux et à la contraction musculaire. Sa concentration dans le sang et le liquide interstitiel conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules et le volume sanguin. Chez les personnes sensibles à l’apport de sel, l’excès de sodium peut augmenter le volume sanguin et ainsi favoriser la survenue d’une hypertension artérielle.

Magnésium

Magnésium.

Et du magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Ainsi qu’il permet de réguler notre métabolisme et intervient dans la transmission de l’influx nerveux. De plus, il améliore l’équilibre nerveux et limite la fatigue, le stress et les fringales.

 

Persil Plat

Le persil.

 

Vitamine K

Vitamine K.

Le persil est une bonne source de vitamine K qui est une vitamine liposoluble (soluble dans le gras). Elle joue un rôle dans la coagulation sanguine (K1). Ainsi que dans la calcification des tissus mous (K2).

Fer

Fer.

Il est une bonne source de fer qui est utile à notre organisme pour transporter l’oxygène et fabriquer les globules rouges du sang. Il permet également de fabriquer des nouvelles cellules, des hormones et des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Pour favoriser son absorption, il est conseillé de l’associer à certains nutriments, tels que la vitamine C.

Vitamine C

Vitamine C ou acide ascorbique.

Le persil est une source de vitamine C qui participe à des centaines de processus dans l’organisme. Une de ces principales fonctions est d’aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif de la peau, des ligaments et des os. Mais elle contribue également au maintien de la fonction immunitaire. Ainsi qu’elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l’absorption du fer contenu dans les végétaux. Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres.

Manganèse

Manganèse.

Il est riche en manganèse qui est une enzymes qui intervient avec d’autres pour permettre la réalisation d’une douzaine de processus métaboliques. Il permet notamment de limiter les problèmes liés à certaines allergies. Mais également de prévenir les dommages causés par les radicaux libres.

Vitamine A

Bêtacarotène (provitamine A).

Le persil est riche en bêta-carotène qui est un précurseur de la vitamine A qui a un rôle important dans la vision, notamment au niveau de l’adaptation de l’œil à l’obscurité. Elle participe aussi à la croissance des os, à la reproduction et à la régulation du système immunitaire. Ainsi qu’elle contribue à la santé de la peau et des muqueuses (yeux, voies respiratoires et urinaires, intestins), qui constituent notre première ligne de défense contre les bactéries et les virus. En outre, elle est essentielle à la différenciation et la croissance cellulaire, car elle participe à la transcription de certains gènes et à la synthèse de certaines protéines. Enfin, elle favorise également l’absorption du  fer et semble jouer un rôle dans la régulation des réponses inflammatoires.

Calcium

Calcium.

Il est une source de calcium qui est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

Plus jamais mal au ventre avec le régime FODMAPS

 

Guide de la santé dans votre assiette

 

Ma bible des aliments qui soignent

 

Ma bible de la santé au naturel

 

Dictionnaire des aliments.

Bonne dégustation de notre salade de potiron crue aux noisettes sans FODMAPs et à très bientôt pour découvrir et essayer une nouvelle recette ensemble.

Thierry KLETHI - Blog La santé en mangeant

A très bientôt,

Thierry Klethi

La santé en mangeant

MES PRODUITS AMAZON

Pour vous permettre de trouver rapidement et au meilleur prix les ouvrages dont je m’inspire lors de la rédaction de mes articles et les objets ou produits que j’utilise régulièrement. Je me suis affilié avec AMAZON et je vous propose ci-dessous des liens vers ce site de commerce en ligne. Pour plus de détails sur mon affiliation, cliquez sur ce lien.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.