Tarte aux épinards, saumon et chèvre

Tarte aux épinards, saumon et chèvre

Fiches cuisines – Toutes les recettes – Entrées – Tarte aux épinards, saumon et chèvre

 

TARTE AUX ÉPINARDS, SAUMON ET CHÈVRE.

 

Bonjour à toutes et tous,

Je vous propose aujourd’hui de réaliser une excellente Tarte aux épinards, saumon et chèvre. Pour commencer je vais vous présenter le matériel qu’il nous faut et les produits nécessaires à la réalisation de cette recette. Puis nous aborderons l’aspect pratique de sa réalisation. Et enfin, les apports que nous apporte la consommation des ingrédients de cette excellente recette. Mais ne nous attardons pas trop, lançons-nous, allons-y et réalisons ensemble cette Tarte aux épinards, saumon et chèvre. Et surtout régalons nous. Miammm, c’est trop bon et c’est fait maison avec amour.

 

 

MATÉRIEL NÉCESSAIRE POUR PRÉPARER LA RECETTE

Un cuiseur à vapeur douce.

Vitaliseur de Marion - cuit vapeur douce

 

 

Un four.

 

 

OÙ ET QUELS PRODUITS ACHETER

 

 

Épinard

 

Épinard

 

Acheter ses aliments

L’acheter.

Les feuilles doivent être tendres et bien fermes, sans taches ni traces de flétrissures. Veillez à les transporter sans les écraser et triez-les dès le retour du marché.

Lavez-les soigneusement sans les laisser tremper et essorez-les par petite quantité.

 

Consommer

Le consommer.

Adoptez la cuisson à l’étuvée, qui préserve au mieux la saveur et la richesse nutritive des épinards. Il suffit de les mettre dans une casserole à fond épais et de les cuire quelques minutes à feu doux en remuant de temps en temps. Vous pouvez aussi les faire revenir rapidement à la poêle avec un filet d’huile : ils restent un peu croquants et très goûteux. Et n’oubliez pas les jeunes pousses sont délicieuses servies en salade.

 

Conserver

Le conserver.

Il faut les consommer très vite : Ils ne se gardent pas plus d’un ou deux jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Les épinards surgelés renferment pratiquement autant de composants bénéfiques que les épinards frais.

 

 

 

 

Saumon

Le saumon.

 

Acheter ses aliments

 

L’acheter.

Les poissons frais du poissonnier sont généralement meilleurs que les morceaux préemballés ou surgelés. Les saumons d’aquaculture peuvent être jugés moins fermes et moins goûteux que leurs homologues sauvages. Le label rouge et le label bio impliquent de meilleures conditions d’élevage (moins de nuisances pour l’environnement, durée d’élevage plus longue, moindre densité par bassin, part plus importante de l’alimentation d’origine marine, etc.).

 

 

Consommer

Le consommer.

Évitez les trop grosses portions, car le saumon est assez calorique.

 

 

Conserver

 

Le conserver.

Rincez et épongez les filets ou les darnes de saumon, puis placez-les dans une boite hermétique. Consommez-les dans les vingt-quatre heures qui suivent l’achat.

 

 

 

Fromage de chèvre

 

Le fromage de chèvre.

 

Acheter ses aliments

L’acheter.

On en trouve dans tous les commerces, ainsi que chez votre crémier. Cependant, je vous conseille de privilégier l’achat du fromage de chèvre en circuit cours directement chez le producteur.

 

Cela nous permet de découvrir de nouvelles saveurs non formatées par la grande distribution et ils seront forcément plus frais et bien meilleur. 😊

 

Le fromage est un produit vivant, il continue d’évoluer après sa mise en vente. Laissez-vous guider par l’aspect et l’odeur. Chaque type de fromage présente une odeur spécifique, qui doit être franche et agréable. Une odeur d’ammoniaque, une couleur non uniforme, une texture trop coulante ou l’apparition de moisissures inhabituelles sont signe d’une mauvaise conservation ou que le produit est trop avancé.

 

Consommer

Le consommer.

Une portion de 30 à 40 grammes de fromage par jour permet de profiter de sa richesse en protéines et en calcium sans risque de surcharge en lipides saturés. Evitez de cumuler dans le même repas une portion de fromage et un autre plat qui en contient déjà (gratin, tomates-mozzarella, etc.). Si vous appréciez la diversité, adaptez la taille des portions consommées (20 grammes de chèvre et 20 grammes de comté par exemple).

 

Conserver

 

Le conserver.

Conservez les fromages au frais, chacun dans un emballage séparé (film étirable) pour limiter leur déshydrations et l’ensemble dans une boite hermétique pour éviter que leur odeur n’imprègne les autres les autres aliments. Vous pouvez les garder environ 1 semaine après l’achat. Sortez les 1 heure avant de leur consommation, car le froid affadit les arômes et durcit les pâtes. Nettoyez votre plateau ou votre boite à fromage une ou deux fois par semaine pour prévenir la prolifération de bactéries indésirables. Pour les mêmes raisons, pensez à lessiver très régulièrement les clayettes de votre réfrigérateur sur lesquelles vous entreposez les fromages emballés.

 

 

Lait ou crème fraîche

 

Crème fraîche et autres.

 

Acheter ses aliments

L’acheter.

Les crèmes fraîches allégées manquent de goût. Il vaut mieux acheter une véritable crème et en utiliser raisonnablement. La crème d’Isigny, qui bénéficie d’une AOC/AOP est réputée pour sa finesse.

 

Consommer

La consommer.

Les crèmes épaisses ou liquides s’utilisent pour des sauces. En revanche, mieux vaut prendre une crème liquide pour la chantilly. Contrairement à une idée reçue, les crèmes épaisses ou liquides résistent bien à la cuisson. Les allégées se cuisent aussi, mais elles ne donnent pas de consistance crémeuse et sont donc plutôt adaptés aux sauces froides.

 

Conserver

La conserver.

La conservation de la crème dépend du traitement qu’elle a subi.

 

La crème crue.

La « crème crue » n’a fait l’objet d’aucun traitement thermique d’assainissement. Elle est souvent vendue en vrac chez les fromagers et ne se conserve pas plus de sept jours.

 

La crème fraîche.

La « crème fraiche » n’a pas subi de traitement thermique autre que la pasteurisation. Elle peut être épaisse ou liquide (fleurette).

 

La crème stérilisée et UHT.

La crème liquide stérilisée et la crème liquide UHT se gardent à température ambiante, huit mois dans le premier cas et quatre mois dans le second, puis quelques jours au réfrigérateur quand la brique est ouverte.

 

 

 Caisse de légumes bio

 

Les produits bio

Préférez, si c’est possible des produits bio car ils seront forcément moins traités chimiquement et donc plus sains et aurons un meilleur goût.

 

 

 

JE RÉALISE MA TARTE AUX ÉPINARDS, SAUMON ET CHÈVRE.

 

6 personnes

Pour six personnes.

 

5 minutes

Mon temps de préparation est de 5 minutes.

 

5 minutes

Je laisse cuivre à la vapeur douce pendant 5 minutes.

 

45 minutes

Et je laisse cuire dans mon four pendant 45 minutes.

 

 

MES INGRÉDIENTS POUR RÉALISER MA TARTE AUX ÉPINARDS, SAUMON ET CHÈVRE.

Je prends un rouleau de pâte brisée.

Ainsi que cinq cents grammes d’épinards en branches frais.

Les lecteurs vous recommandent :
Laitue au chèvre chaud

Deux pavés de saumon.

Cent grammes de chèvre en bûche.

Trente centilitres de crème fraîche.

Ainsi que du sel, poivre du moulin.

Tarte aux épinards, saumon et chèvre

 

 

POUR PRÉPARER MA TARTE AUX ÉPINARDS, SAUMON ET CHÈVRE, Je

fais cuire mes épinards à la vapeur douce pendant cinq minutes.

Puis, je les égoutte en les pressant de manière à éliminer le maximum d’eau.

Ensuite, je préchauffe mon four au thermostat 6 (180 °C).

Je détaille mon saumon en gros dés.

Je mélange mes épinards avec la crème fraîche et le saumon.

 

Tarte aux épinards, saumon et chèvre

 

Puis, je sale et je poivre mon mélange.

Je garnis un moule à tarte avec ma pâte.

Puis, je verse mon mélange d’épinard, de saumon et de crème fraîche dans mon moule.

 

Tarte aux épinards, saumon et chèvre

 

Je coupe ma bûche de chèvre en fines rondelles.

 

Tarte aux épinards, saumon et chèvre

 

Et je dépose mes rondelles de chèvre sur mon mélange.

J’enfourne ma recette quarante minutes à 180 °C (thermostat 6).

 

Tarte aux épinards, saumon et chèvre

 

Et je me régale. MMMIIIAAAMM

 

 

LES PRINCIPAUX APPORTS NUTRITIONNELS DE MES INGREDIENTS.

 

 

Épinard

 

Épinard

 

 

Vitamine A

 

Vitamine A ou bêta carotènes.

L’épinard apporte de très nombreux antioxydants. C’est l’une des meilleures sources de bêta-carotènes (lutéine, zéaxanthine…). Il est également riche en acide férulique, bétaïne, acide alpha-lipoïque …

 

 

Chlorophylle

 

Chlorophylle.

II apporte une bonne dose de chlorophylle, un pigment vert contenu dans les légumes à feuilles, qui aurait des propriétés anticancer.

 

 

Vitamine B9

 

Vitamine B9 ou folate.

L’épinard est l’une des meilleures sources de vitamine B9 qui participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du fœtus.

 

 

Vitamine K

 

Vitamine K.

Il est également une des meilleures sources de vitamine K qui est une vitamine liposoluble (soluble dans le gras). Elle joue un rôle dans la coagulation sanguine (K1). Ainsi que dans la calcification des tissus mous (K2).

 

 

Calcium

 

Calcium.

L’épinard est notamment une bonne source de calcium qui est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

 

 

Magnésium

 

Magnésium.

Il est une bonne source de magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Ainsi qu’il permet de réguler notre métabolisme et intervient dans la transmission de l’influx nerveux. De plus, il améliore l’équilibre nerveux et limite la fatigue, le stress et les fringales.

 

 

Potassium

 

Potassium.

Ainsi l’épinard est également une bonne source de potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

 

 

Phosphore

 

Phosphore.

Il apporte aussi du phosphore qui joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. Il est également indispensable pour permettre de métaboliser les lipides. De ce fait, il évite que les graisses s’accumulent dans le foie et permet qu’elles soient digérées. Mais son rôle est aussi prépondérant dans la formation de collagène et pour le bon fonctionnement des yeux et de la peau. De plus, il permet d’emmagasiner et produire l’énergie dont nous avons besoin pour contracter nos muscles et permettre à notre corps de bouger. Mais il participe aussi à la croissance et à la régénération des tissus et aide à maintenir le pH de notre sang en neutralisant les excès d’acides ou d’alcalins.

 

 

Zinc

 

Zinc.

L’épinard apporte aussi du zinc qui participe aux réactions immunitaires, à la fabrication du matériel génétique, à la perception du goût, à la cicatrisation des plaies et au développement du fœtus. Il interagit également avec les hormones sexuelles et thyroïdiennes. Dans le pancréas, il participe à la fabrication, la mise en réserve et à la libération de l’insuline. De plus il a un rôle prépondérant lors de la synthèse des protéines. Il agit également en tant qu’antioxydant en neutralisant les radicaux libres et il protège les cellules de la peau.

Pour favoriser son absorption, il convient comme pour le fer de le consommer en même temps que des aliments riches en vitamine C

 

 

Nitrate

 

Nitrates.

Il est une bonne source de nitrates.

 

 

Source de fibres

 

Fibres.

Sa teneur en fibres est également appréciable. Car elles favorisent le bon fonctionnement de nos intestins en régularisant et en stimulant notre péristaltisme intestinal. De ce fait, elles limitent délicatement les risques de constipation. De plus la consommation de fibres permet également de piéger le cholestérol.

 

 

Saumon

 

Le saumon.

 

 

Omega 3

 

Des oméga 3.

Le saumon contient des oméga 3, qui sont des acides gras polyinsaturés essentiels bénéfiques pour l’organisme. Il s’agit de l’acide eicosapentaénoïque (EPA), et de l’acide docosahexaénoïque (DHA).

 

 

Protéines

 

Des protéines complètes.

Il contient des protéines qui font partie des sept constituants de base de notre alimentation avec les glucides, les lipides, les vitamines, les oligoéléments et minéraux et l’eau. Ce sont les seules sources d’azote que l’homme peut utiliser. Sachant que l’azote est indispensable à la vie.

Ces protéines sont dites « complètes » car elles ont des teneurs très élevées en acides aminés essentiels, assez proches des besoins de l’homme.

Les lecteurs vous recommandent :
Velouté au panais sans FODMAPs

 

 

Acides gras insaturés

 

Des acides gras insaturées.

Le saumon est riche en acides gras insaturés (AGI) font partie de la famille des acides gras, à la base de la formation des lipides. Ils comportent une ou plusieurs doubles liaisons carboniques. On peut distinguer ainsi respectivement les acides gras monoinsaturés et les acides gras poly-insaturés. Ils ont de nombreuses fonctions importantes dans l’organisme et jouent notamment un rôle dans la synthèse hormonale et combattent l’hypertension artérielle. De plus, ils ont des effets « anticholestérol », qui protègent notre cœur. Les principales sources alimentaires de ces acides gras sont les huiles végétales, la viande, les poissons gras et les œufs.

 

 

Potassium

 

Du potassium.

Il contient un bon apport en potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

 

 

Phosphore

 

Du phosphore.

Le saumon à une bonne teneur en phosphore qui joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. Il est également indispensable pour permettre de métaboliser les lipides. De ce fait, il évite que les graisses s’accumulent dans le foie et permet qu’elles soient digérées. Mais son rôle est aussi prépondérant dans la formation de collagène et pour le bon fonctionnement des yeux et de la peau. De plus, il permet d’emmagasiner et produire l’énergie dont nous avons besoin pour contracter nos muscles et permettre à notre corps de bouger. Mais il participe aussi à la croissance et à la régénération des tissus et aide à maintenir le pH de notre sang en neutralisant les excès d’acides ou d’alcalins.

 

 

Vitamine B1

 

De la vitamine B1 ou thiamine.

Il représente un bon apport en vitamine B1 qui participe à de nombreuses réactions métaboliques des glucides, de production d’énergie et du bon fonctionnement de notre système nerveux.

 

 

Vitamine B6

 

De la vitamine B6 ou pyridoxine.

Le saumon contient de la vitamine B6 qui fait partie des coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la fabrication des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leurs permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

 

 

Vitamine B12

 

De la vitamine B12 ou cobalamine.

Il représente un bon apport en vitamine B12 qui est essentielle à la croissance, à la division cellulaire, au fonctionnement adéquat de toutes les cellules du corps et à l’équilibre du système nerveux. Elle intervient plus précisément dans la synthèse de l’ADN et de l’ARN, des protéines, de la myéline (substance qui forme une gaine autour de certaines fibres nerveuses), dans la formation des globules rouges, ainsi que dans le métabolisme des glucides et des lipides.

 

 

Vitamine D

 

De la vitamine D ou du calciférol.

La vitamine D également appelée calciférol intervient dans le l’absorption du calcium et du phosphore. Elle joue un rôle essentiel dans la minéralisation des os. Il s’agit d’une vitamine liposoluble (solubles dans les graisses).

La vitamine D a deux origines : l’alimentation et une production par la peau quand elle est exposée aux rayons solaires. Les personnes qui vivent dans des régions peu ensoleillées ou qui sortent peu (personnes âgées) doivent tout particulièrement veiller à leurs apports d’origine alimentaire.

 

 

Fromage de chèvre

 

Le fromage de chèvre

 

Protéines

 

Des protéines.

Les protéines animales issues du lait et des produits laitiers font partie des sept constituants de base de notre alimentation avec les glucides, les lipides, les vitamines, les oligoéléments et minéraux et l’eau. Ce sont les seules sources d’azote que l’homme peut utiliser. Sachant que l’azote est indispensable à la vie.

Ces protéines sont dites « complètes » car elles ont des teneurs très élevées en acides aminés essentiels, assez proches des besoins de l’homme.

Cependant elles apportent beaucoup de lipides, de cholestérol et des déchets dont l’accumulation peut être nuisible à la santé. De ce fait, elles seraient à l’origine de nombreuses maladies cardio-vasculaires et de certains cas d’obésité.

 

 

Acides gras insaturés

 

Des lipides.

Elles proviennent de graisses ajoutées et des aliments gras. Les lipides, dans les recommandations officielles française, sont proposés à hauteur de 35 à 40 % des calories totales. Cependant, elles englobent plusieurs familles de graisses qui sont les acides gras : saturés, insaturés, trans, essentiels, furaniques et volatils.

Les fromages renferment énormément de graisses saturées, c’est pour cette raison qu’il est recommandé de limiter sa consommation surtout en cas de surpoids ou de risques cardiovasculaire, car ces matières grasses sont en majorité saturées.

 

 

Calcium

 

Du calcium.

Une bonne source de calcium facilement assimilé et stocké par l’organisme grâce à la présence de la vitamine D, que l’on trouve aussi dans les fromages en quantité relativement intéressante.

 

 

Sodium

 

Du sodium.

Tous les fromages sont additionnés de sel (sodium). Les personnes qui suivent un régime pauvre en sel doivent restreindre leur consommation de fromages et choisir ceux qui sont les moins salés. Cette surveillance s’applique aussi à la population générale, car le plafond qu’il ne faut pas dépasser est très vite atteint

 

 

Cuivre

 

Du cuivre.

Un excellent apport en cuivre qui est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

 

 

Phosphore

 

Du phosphore.

Un bon apport en phosphore qui joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. Il est également indispensable pour permettre de métaboliser les lipides. De ce fait, il évite que les graisses s’accumulent dans le foie et permet qu’elles soient digérées. Mais son rôle est aussi prépondérant dans la formation de collagène et pour le bon fonctionnement des yeux et de la peau. De plus, il permet d’emmagasiner et produire l’énergie dont nous avons besoin pour contracter nos muscles et permettre à notre corps de bouger. Mais il participe aussi à la croissance et à la régénération des tissus et aide à maintenir le pH de notre sang en neutralisant les excès d’acides ou d’alcalins.

Les lecteurs vous recommandent :
Poireaux aux noisettes

 

 

Sélénium

 

Du sélénium.

Un bon apport en sélénium qui est un minéral qui interagit avec l’une des principale enzyme antioxydante, prévenant ainsi la formation de radicaux libres dans le corps. Il contribue également à convertir les hormones thyroïdiennes en leur forme active.

 

 

Iode

 

Iode.

Un bon apport en iode qui est un oligo-élément essentiel à la régulation et à la production des hormones de la thyroïde, responsable du métabolisme de base de l’organisme, de la respiration cellulaire, de la production d’énergie sous forme d’ATP, mais aussi de la croissance, de la synthèse des protéines, de la bonne santé de nos organes et de notre cerveau. Il permet de réguler la production d’hormones.

 

 

Vitamine A

 

Des vitamine A (rétinol ou bêta-carotène).

Un bon apport en vitamine A qui a un rôle important dans la vision, notamment au niveau de l’adaptation de l’œil à l’obscurité. Elle participe aussi à la croissance des os, à la reproduction et à la régulation du système immunitaire. Ainsi qu’elle contribue à la santé de la peau et des muqueuses (yeux, voies respiratoires et urinaires, intestins), qui constituent notre première ligne de défense contre les bactéries et les virus. En outre, elle est essentielle à la différenciation et la croissance cellulaire, car elle participe à la transcription de certains gènes et à la synthèse de certaines protéines. Enfin, elle favorise également l’absorption du  fer et semble jouer un rôle dans la régulation des réponses inflammatoires.

 

 

Vitamine B2

 

Des vitamine B2 ou riboflavine.

Un bon apport en vitamine B2 qui participe au métabolisme des glucides (sucres), des lipides (graisses) et des protéines. Ainsi que dans la production de kératine, une protéine indispensable au bon état des cheveux, des ongles et de la peau. Mais elle permet également de prévenir l’anémie, certains cancers, ainsi que des troubles de la vision, dont la cataracte.

 

 

Vitamine B9

 

Des vitamine B9 ou folate.

Un bon apport en vitamine B9, ou acide folique, ou également folate qui participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du fœtus.

 

 

Vitamine B12

 

Des vitamine B12 ou cobalamine.

Un apport en vitamine B12 qui est essentielle à la croissance, à la division cellulaire, au fonctionnement adéquat de toutes les cellules du corps et à l’équilibre du système nerveux. Elle intervient plus précisément dans la synthèse de l’ADN et de l’ARN, des protéines, de la myéline (substance qui forme une gaine autour de certaines fibres nerveuses), dans la formation des globules rouges, ainsi que dans le métabolisme des glucides et des lipides.

 

 

Vitamine D

 

Des vitamines D.

Un apport en vitamine D également appelée calciférol qui intervient dans le l’absorption du calcium et du phosphore. Elle joue un rôle essentiel dans la minéralisation des os. Il s’agit d’une vitamine liposoluble (solubles dans les graisses).

La vitamine D a deux origines : l’alimentation et une production par la peau quand elle est exposée aux rayons solaires. Les personnes qui vivent dans des régions peu ensoleillées ou qui sortent peu (personnes âgées) doivent tout particulièrement veiller à leurs apports d’origine alimentaire.

 

 

Lait ou crème fraîche

 

La Crème fraîche.

 

 

Acides gras insaturés

 

Des acides gras.

Plus de la moitié de ses lipides sont des acides gras saturées, dont l’excès, courant dans l’alimentation moderne, est considéré comme un facteur de risque cardio-vasculaire.

 

 

Vitamine A

 

De la vitamine A, rétinol ou bêta-carotène.

La crème fraiche fourni de la vitamine A qui à un rôle important dans la vision, notamment au niveau de l’adaptation de l’œil à l’obscurité. Elle participe aussi à la croissance des os, à la reproduction et à la régulation du système immunitaire. Ainsi qu’elle contribue à la santé de la peau et des muqueuses (yeux, voies respiratoires et urinaires, intestins), qui constituent notre première ligne de défense contre les bactéries et les virus. En outre, elle est essentielle à la différenciation et la croissance cellulaire, car elle participe à la transcription de certains gènes et à la synthèse de certaines protéines. Enfin, elle favorise également l’absorption du  fer et semble jouer un rôle dans la régulation des réponses inflammatoires.

 

 

Vitamine D

 

De la vitamine D ou calciférol.

Elle fournit quelques traces de vitamine D qui est également appelée calciférol et qui intervient dans le l’absorption du calcium et du phosphore. Elle joue un rôle essentiel dans la minéralisation des os. Il s’agit d’une vitamine liposoluble (solubles dans les graisses).

 

 

Calcium

 

Du calcium.

La crème nous apporte du calcium qui est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

 

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

 

Ma bible de la santé au naturel

 

Guide de la santé dans votre assiette

 

Dictionnaire de diététique

 

Ma bible des aliments qui soignent

 

Bonne dégustation de notre Tarte aux épinards, saumon et chèvre et à très bientôt pour découvrir et essayer une nouvelle recette ensemble.

 

 

Thierry KLETHI - Blog La santé en mangeant

A très bientôt,

Thierry Klethi

La santé en mangeant

 

 

MES PRODUITS AMAZON

Pour vous permettre de trouver rapidement et au meilleur prix les ouvrages dont je m’inspire lors de la rédaction de mes articles et les objets ou produits que j’utilise régulièrement. Je me suis affilié avec AMAZON et je vous propose ci-dessous des liens vers ce site de commerce en ligne. Pour plus de détails sur mon affiliation, cliquez sur ce lien.

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    75
    Partages
  • 75
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.