Céleri - Tzatziki

Tzatzíki de céleri

Fiches cuisines – Toutes les recettes – Entrées – Tzatzíki de céleri.

 

TZATZIKI DE CÉLERI

 

Bonjour à toutes et tous,

Je vous propose aujourd’hui de réaliser un excellent Tzatzíki de céleri. Pour commencer je vais vous présenter le matériel qu’il nous faut et les produits nécessaires à la réalisation de cette recette. Puis nous aborderons l’aspect pratique de la réalisation de notre recette. Et enfin, les apports que nous apporte la consommation des ingrédients de cette excellente recette. Mais ne nous attardons pas trop, lançons-nous, allons-y et réalisons ensemble ce Tzatzíki de céleri. Et surtout régalons nous. Miammm, c’est trop bon et c’est fait maison avec amour.

 

 

MATERIEL NÉCESSAIRE POUR PRÉPARER LA RECETTE

Un cuit vapeur.

 

 

Ma touche personnelle - Mon idée

 

Ma touche personnelle.

 La cuisson à la vapeur douce.

Si vous pouvez vous le permettre, je vous conseille de cuire vos légumes à la vapeur douce. Cela permet de préserver les nutriments et vitamines de nos légumes. De plus ce mode de cuisson à même la capacité de nettoyer nos légumes et d’en retirer de nombreux produits chimiques tels que des pesticides, etc.

 

Comment faire ?

Il suffit d’utiliser, si vous en avez les moyens, d’utiliser le cuit vapeur de Marion. Mais si ce n’est pas le cas, ne vous inquiétez pas, vous pourrez également utiliser un grand couscoussier. Le résultat sera parfait et à moindre coût. 🙂

Mais évitez d’utiliser une cocote minute, car la cuisson avec de la vapeur sous pression est très néfaste pour les nutriments de nos aliments. 🙁

 

Cuiseur de Marion

 

OÙ ET QUELS PRODUITS ACHETER

 

 

Céleri-rave

 

Le céleri rave.

L’acheter.

Le céleri-rave est présent toute l’année sur les étals. Choisissez une « pomme » lourde en main, pas trop grosse car elle risquerait d’être creuse et fibreuse.

 

Le préparer.

Epluchez le céleri avec soin .si vous le servez en rémoulade, râpez-le très finiment et utilisez une sauce moitié mayonnaise, moitié fromage blanc : il sera plus digeste et moins calorique !

 

Le conserver.

Le céleri se garde quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur, enveloppé dans du papier car sa saveur marquée peut se transmettre aux autres aliments.

 

 

Ail

 

L’ail.

L’acheter.

Choisissez des têtes d’ail renflées, avec une pelure propre et non craquelée et vérifiez au toucher que les gousses ne sont ni sèches ni creuses. Les variétés dites « roses » (dont la peau est légèrement teinté de mauve ou de violet) sont les plus appréciées, en particulier l’ail rose de Lautrec, qui bénéficie d’un Label rouge.

 

Le conserver.

L’ail se garde au sec et à l’abri de la lumière pour éviter la germination, qui diminue les qualités gustatives et nutritionnelles.

L’ail nouveau, récolté avec son feuillage encore vert et vendu en mai et juin, possède une saveur délicate : il se garde au frais (1 à 2 semaines maximum) et doit être utilisé assez rapidement.

 

En gélule.

L’ail en extrait (gélule) peut interagir avec les médicaments anticoagulants et augmenter leur action (risque de saignement accru) : tenez-en compte si vous prenez ce type de traitement. La consommation de grandes quantités d’ail (plus d’une gousse par jour) a le même effet.

 

 

Attention !

 

Attention aux flatulences.

Ses composés soufrés peuvent provoquer des flatulences et irriter les muqueuses digestives fragiles.

 

 

Yaourts

 

Le yaourt.

Bien représentés dans les linéaires réfrigérés, à côté des crèmes et autres desserts lactés, des fromages blancs et les petit-suisse, les yaourts et laits fermentés sont par excellence des desserts et collations du quotidien. Comme souvent, les plus simples, les yaourts nature constituent le meilleur choix.

 

Les yaourts nature.

Ce sont des produits basiques bon marché, sans additifs, intéressants d’un point de vue nutritionnel : ils fournissent du calcium et des protéines pour un apport calorique modéré, surtout si vous les choisissez au lait partiellement écrémé. Sucrez-les modérément, voire pas du tout. Certains laits fermentés nature sont moins acides que les yaourts classiques et donc plus facile à manger sans sucre.

 

Les yaourts aux fruits.

Déjà sucrés ou aromatisés, ils permettent de diversifier les goûts, mais il est important de vérifier la teneur en sucres car certains sont plus proches des crèmes dessert (autour de 20 grammes de sucres pour 100 grammes) que des yaourts classiques.

 

Les allégés (à base de lait écrémé).

Ils ont peu d’intérêt, puisque la différence calorique avec un yaourt nature au lait partiellement écrémé est modeste, une dizaine de calories par pot, pour un prix en revanche plus élevé.

Lisez bien l’étiquette : alors qu’un yaourt nature ne contient que du lait et des ferments lactiques, les produits allégés nature, aux fruits ou aromatisés (yaourts ou plus encore, spécialités laitières) peuvent renfermer des stabilisants, des agents de texture (gélatine, amidon, gomme, etc.), des édulcorants et d’autres additifs destinés à améliorer le goût et à redonner de la consistance et de l’onctuosité. A noter aussi : l’allègement peut porter sur les matières grasses et les sucres ou uniquement sur les matières grasses.

 

Les yaourts à allégation santé ou alicaments.

Enrichies aux stérols.

Les spécialités enrichies aux stérols (ou phytostérols) sont destinées à faire baisser le cholestérol sanguin. Cet effet est réel, mais il n’est pas démontré qu’une baisse du cholestérol entraîne une diminution, de fréquence des maladies cardiovasculaires. Par ailleurs, ces produits sont déconseillés aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’au enfants.

Les lecteurs vous recommandent :
Petits-pains au fromage blanc sans gluten

 

Les probiotiques.

Les laits fermentés probiotiques contribuent à l’équilibre de la flore intestinale et améliorent la digestion du lactose chez les personnes ayant des difficultés à le digérer. Ce sont les seuls bienfaits reconnus aujourd’hui. De plus, il faut savoir que les yaourts basiques sont déjà dotés de ces propriétés, pour un prix souvent plus modique.

 

 

Caisse de légumes bio

 

Les produits bio

Préférez, si c’est possible des produits bio car ils seront forcément moins traités chimiquement et donc plus sains et aurons un meilleur goût.

 

JE RÉALISE MON TZATZIKI DE CÉLERI.

 

 

4 personnes

 

Pour quatre personnes.

 

 

5 minutes

 

Mon temps de préparation est de 5 minutes.

 

 

30 minutes

 

 Je laisse cuire à la vapeur douce durant 30 minutes.

 

 

MES INGRÉDIENTS POUR RÉALISER MON TZATZIKI DE CÉLERI.

Je prends un céleri-rave.

Ainsi qu’une tête d’ail.

Un yaourt.

Deux cuillères à soupe d’huile d’olive.

Un petit bouquet de persil plat.

Ainsi que du sel et du poivre.

 

 

POUR PRÉPARER MON TZATZIKI DE CÉLERI.

J’épluche et je détaille le céleri en cubes de 1 cm de côté.

Je dépose ma tête d’ail entière, puis mon céleri rave dans le panier du cuit-vapeur.

Puis je laisse cuire 30 minutes.

Lorsque c’est cuit, je prélève la pulpe de l’ail.

Je l’incorpore au yaourt avec le persil ciselé, le sel, le poivre et l’huile.

Puis je mélange le tout pour réaliser une sauce.

Je récupère le céleri encore tiède et le dépose sur les assiettes.

Puis, je l’arrose avec la sauce tzatzíki.

 

Tzatzíki de céleri

 

Et je me régale. MMMIIAAMMM

 

 

Ma touche personnelle.

 

Tzatzíki de céleri

 

Je vous propose de prendre des banches de céleri branche cru et de les tremper simplement dans notre sauce tzatzíki disposée dans une coupelle et de les manger « à la croc ». 😉

 

 

LES PRINCIPAUX APPORTS NUTRITIONNELS DE MES INGREDIENTS.

 

 

Céleri-rave

 

Le céleri rave.

 

Source de fibres

 

Des fibres.

Sa tige ou sa racine, ont les mêmes atouts concernant les fibres. Elles sont mieux tolérées quand le céleri-rave est cuit. D’ailleurs ces fibres stimulent efficacement nos intestins et améliorent notre transit.

 

 

Vitamine B6

 

Des vitamines B6 ou Pyridoxine.

Le céleri-rave contient de la vitamine B6 qui fait partie des coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la fabrication des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leurs permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

 

 

Vitamine B9

 

Des vitamines B9 ou folate.

Il est une excellente source en vitamine B9, acide folique ou également folate qui participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du fœtus.

 

 

Vitamine C

 

Des vitamines C ou acide ascorbique.

La vitamine C participe à des centaines de processus dans l’organisme. Une de ces principales fonctions est d’aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif de la peau, des ligaments et des os. Mais elle contribue également au maintien de la fonction immunitaire. Ainsi qu’elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l’absorption du fer contenu dans les végétaux. Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres.

 

 

Phosphore

 

Du Phosphore.

Le céleri-rave est bonne source en phosphore  qui joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. Mais il est également indispensable pour permettre de métaboliser les lipides. De ce fait, il évite que les graisses s’accumulent dans le foie et permet qu’elles soient digérées. Mais son rôle est aussi prépondérant dans la formation de collagène et pour le bon fonctionnement des yeux et de la peau. De plus, il permet d’emmagasiner et produire l’énergie dont nous avons besoin pour contracter nos muscles et permettre à notre corps de bouger. Mais il participe aussi à la croissance et à la régénération des tissus et aide à maintenir le pH de notre sang en neutralisant les excès d’acides ou d’alcalins.

 

 

Potassium

 

Potassium.

Il est riche en potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

Les lecteurs vous recommandent :
soupe de betteraves

 

 

Calcium

 

Calcium.

Le céleri-rave contient du calcium qui est le sel minéral qui est le plus abondant dans l’organisme. Il représente 2 % de notre poids corporel et près de 99 % est concentré dans nos os et nos dents. Ce qui reste joue tout de même un rôle primordial dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de notre organisme, dont les cellules musculaires (notamment celles de notre cœur) et les cellules nerveuses. En outre, le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

 

 

Flavonoïdes - Les catéchines (antioxydant)

 

Des flavonoïdes.

Ses  flavonoïdes neutralisent les radicaux libres responsables des maladies cardiaques, d’athérosclérose, de cataracte, d’arthrite et bien d’autres maux… Ils sont reconnus pour leurs capacités antioxydantes et anti-inflammatoires.

 

 

Ail

 

L’ail.

 

Glucosinolates

 

Glucosinolates.

C’est l’intérêt majeur de l’ail. Son glucosinolate contient de l’alliine (ou sulfoxyde d’allylcystéine). Ce composé soufré a la particularité d’être présent dans la gousse d’ail intacte. Quand on l’écrase ou qu’on la hache, on libère de l’acide pyruvique ainsi qu’une enzyme, l’alliinase. Cette dernière, en entrant en contact avec l’alliine, va la dégrader. Résultat : une forte odeur aillée se dégage, c’est la preuve de la production de l’allicine. Ce composé fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques car il a des vertus antibactériennes reconnues. Combiné à d’autre substances actives présentes dans l’ail (notamment la vitamine C, le magnésium ou l’iode), il permet de guérir toutes sortes d’infections, d’ordre respiratoire ou intestinal, qu’elles soient causées par des bactéries (voilà pourquoi on élève souvent l’ail au rang d’antibiotique naturel !) mais aussi des virus, des champignons ou des parasites.

 

 

Source de fibres

 

Fibres.

A effet prébiotique (inuline).

Il affiche une teneur très élevée en fibres prébiotiques (inuline). Elles ont pour rôle de « nourrir » la flore intestinale et les bonnes bactéries (ou probiotiques) qui la composent. Celles-ci sont essentielles pour bien digérer, renforcer ses défenses immunitaires, bien assimiler les vitamines et les minéraux, réguler son taux de cholestérol…

 

 

Vitamine B6

 

Des vitamine B6 ou pyridoxine.

L’ail est une excellente source en vitamine B6 qui fait partie des coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la fabrication des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leurs permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

 

 

Vitamine B9

 

Des vitamine B9 ou folate.

Une source de vitamine B9, acide folique ou également folate qui participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du fœtus.

 

 

Vitamine C

 

Des vitamine C ou acide ascorbique.

Une source de vitamine C qui participe à des centaines de processus dans l’organisme. Une de ces principales fonctions est d’aider le corps à fabriquer le collagène, une protéine essentielle à la formation du tissu conjonctif de la peau, des ligaments et des os. Mais elle contribue également au maintien de la fonction immunitaire. Ainsi qu’elle active la cicatrisation des plaies, participe à la formation des globules rouges et augmente l’absorption du fer contenu dans les végétaux. Un des autres rôles importants de la vitamine C est son effet antioxydant qui protège les cellules contre les dommages infligés par les radicaux libres.

 

 

Cuivre

 

Du cuivre.

Une source de cuivre qui est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

 

 

Manganèse

 

Du manganèse.

Une excellente source de manganèse qui est une enzymes qui intervient avec d’autres pour permettre la réalisation d’une douzaine de processus métaboliques. Il permet notamment de limiter les problèmes liés à certaines allergies. Mais également de prévenir les dommages causés par les radicaux libres.

 

 

Phosphore

 

Du phosphore.

Une bonne source de phosphore qui joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. Il est également indispensable pour permettre de métaboliser les lipides. De ce fait, il évite que les graisses s’accumulent dans le foie et permet qu’elles soient digérées. Mais son rôle est aussi prépondérant dans la formation de collagène et pour le bon fonctionnement des yeux et de la peau. De plus, il permet d’emmagasiner et produire l’énergie dont nous avons besoin pour contracter nos muscles et permettre à notre corps de bouger. Mais il participe aussi à la croissance et à la régénération des tissus et aide à maintenir le pH de notre sang en neutralisant les excès d’acides ou d’alcalins.

Les lecteurs vous recommandent :
Rutabagas grillés accompagnés d’une purée de rutabaga

 

 

Potassium

 

Du potassium.

Une source de potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

 

 

Yaourts

 

Le yaourt.

 

Calcium

 

Du calcium.

Le yaourt est une bonne source de calcium, d’autant plus qu’il contient également des protéines et des vitamines D qui vont favoriser son assimilation par notre organisme.

 

 

Protéines

 

Des protéines.

Les yaourts contiennent des protéines partiellement digérées par les ferments lactiques qui sont facilement assimilées et répondent parfaitement aux besoins de notre organisme.

 

 

Magnésium

 

Du magnésium.

Ils contiennent du magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire. Ainsi qu’il permet de réguler notre métabolisme et intervient dans la transmission de l’influx nerveux. De plus, il améliore l’équilibre nerveux et limite la fatigue, le stress et les fringales.

 

 

Les Glucides

 

Des glucides.

Les glucides sont des constituants essentiels de notre alimentation. Selon les recommandations officielles (Programme National de Nutrition et de Santé), ils devraient représenter environ 50% de notre ration calorique moyenne journalière.

Ils sont composés de deux grandes familles. Les glucides simples, qui sont les sucres rapides et ont un goût sucré.  Ainsi que les glucides complexes, qui sont des sucres lents et n’ont généralement pas un goût sucré.

Il est conseillé d’avoir une alimentation composée d’un tiers étant sous forme de sucres rapides et de deux tiers de sucres lents. Mais malheureusement, dans notre alimentation actuelle, les proportions sont très souvent inversées, si ce n’est pas pire. ☹

 

 

Potassium

 

Du potassium.

Les yaourts contiennent du potassium qui est diurétique et conditionne la quantité d’eau présente dans les cellules. Mais il est également essentiel à l’action de nombreuses enzymes, et participe à la synthèse des protéines et du glycogène (forme de stockage du sucre). Ainsi qu’il intervient dans la sécrétion de l’acide chlorhydrique du suc gastrique favorisant ainsi la digestion. Mais également dans la production d’aldostérone (une hormone qui régule les quantités de sodium et de potassium présentes dans l’organisme). En outre, il est essentiel au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Enfin, il régule le rythme cardiaque, module les variations de la tension artérielle liées aux apports de sodium et sert à équilibrer le pH du sang. Et il est très riche en éléments alcalisant.

 

 

Vitamine A

 

Des vitamines A, rétinol ou bêta-carotène.

Ils contiennent des vitamine A qui ont un rôle important dans la vision, notamment au niveau de l’adaptation de l’œil à l’obscurité. Elle participe aussi à la croissance des os, à la reproduction et à la régulation du système immunitaire. Ainsi qu’elle contribue à la santé de la peau et des muqueuses (yeux, voies respiratoires et urinaires, intestins), qui constituent notre première ligne de défense contre les bactéries et les virus. En outre, elle est essentielle à la différenciation et la croissance cellulaire, car elle participe à la transcription de certains gènes et à la synthèse de certaines protéines. Enfin, elle favorise également l’absorption du  fer et semble jouer un rôle dans la régulation des réponses inflammatoires.

 

 

Vitamines du groupe B

 

Des vitamines B.

Les yaourts contiennent des vitamines B qui forment un groupe de huit vitamines hydrosolubles (solubles dans l’eau) réunies en raison de leur structure moléculaire, qui jouent un rôle important dans le métabolisme des cellules.

 

 

Vitamine D

 

Des vitamines D ou calciférol.

Il contient des vitamine D, également appelée calciférol qui intervient dans le l’absorption du calcium et du phosphore. Elle joue un rôle essentiel dans la minéralisation des os. Il s’agit d’une vitamine liposoluble (solubles dans les graisses).

La vitamine D a deux origines : l’alimentation et une production par la peau quand elle est exposée aux rayons solaires. Les personnes qui vivent dans des régions peu ensoleillées ou qui sortent peu (personnes âgées) doivent tout particulièrement veiller à leurs apports d’origine alimentaire.

 

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

 

Ma bible des aliments santé minceur

Ma bible de la santé au naturel

Guide de la santé dans votre assiette

 

 

Bonne dégustation de notre Tzatzíki de céleri et à très bientôt pour découvrir et essayer une nouvelle recette ensemble.

 

 

Thierry KLETHI - Blog La santé en mangeant

A très bientôt,

Thierry Klethi

La santé en mangeant

 

 

MES PRODUITS AMAZON

Pour vous permettre de trouver rapidement et au meilleur prix les ouvrages dont je m’inspire lors de la rédaction de mes articles et les objets ou produits que j’utilise régulièrement. Je me suis affilié avec AMAZON et je vous propose ci-dessous des liens vers ce site de commerce en ligne. Pour plus de détails sur mon affiliation, cliquez sur ce lien.

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    307
    Partages
  • 307
  •  
  •  
  •  

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.